Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La vérité sur Jésus de Nazareth

La vie de Jésus l'essénien - Lettre d'un essénien

20 Janvier 2017, 07:21am

Publié par Didier Lamouche

L'ancienne cité de Jérusalem

Flavius Joseph fait référence à une « porte des esséniens » dans sa description du parcours « du plus ancien » des trois murs de Jérusalem, qu'il situe sur le mont Sion qui, à l'époque désigne la colline de l'Ophel située au sud du Mont du Temple.

Il y avait une communauté essénienne dans ce quartier de la ville.

La falaise du crâne est une très ancienne carrière, au nord-ouest de la cité antique de Jérusalem.

Au dessus de la falaise, le plateau du calvaire

« le Crâne », du grec ancien Γολγοθα golgotha issu lui-même de l'araméen ܩܪܩܦܬܐ gulgūltá, est traduit en hébreu par גֻּלְגֹּלֶת gulgôleth.

Golgotha  31°47'2.21"N  35°13'48.58"E

Hérode Ier le Grand était né à Ascalon en 73 avant JC et est mort à Jéricho en 4 avant JC.

Hérode Archélaos ou Archélaüs était le fils aîné d'Hérode le Grand, il a gouverné la Judée, la Samarie et l'Idumée de 4 avant JC à 6 après JC.

 

 

Les esséniens sont un mouvement du judaïsme de la période du Second Temple qui a prospéré à partir du IIème siècle avant JC, et dont l'existence est attestée au Ier siècle AD en Palestine.

 

Lettre d'un essénien de Jérusalem à ses Frères à Alexandrie

Ce document a été découvert dans les années 1870, dans un bâtiment à Alexandrie. Il a été écrit en latin et traduit en allemand. Le document original a disparu. (On se demande bien pourquoi ? ) Les versions allemande et suédoise de ce document, ainsi qu'une traduction en anglais, ont été imprimées et publiées au XIXème siècle. Il a été réédité par John E. Richardson en 1907, et de nouveau par Holmes Book Company en 1919.

Indo-américan Book CO. Published 1907

L'auteur de cette lettre se situe lui-même, sept années après la crucifixion, donc en 40 AD (La crucifixion de Jésus de Nazareth)

« Maintenant, au moment où je vous écris ceci, les juifs ont mangé sept fois l'agneau de la Pâque depuis que notre Frère a été crucifié ».

« Voici donc, mes Frères, ce qui arriva à Jérusalem il y a sept ans passés »

Pour ceux que cela intéresse, voici la version en latin et PDF :

Littera an essene in Hierusalem ut fratres eius in Alexandria

 

 

Que la paix soit avec vous, chers Frères !

Vous avez entendu parler de ce qui s'est passé à Jérusalem et en Palestine en général. Vous aviez raison de croire que Jésus était notre Frère et un membre de notre Ordre, dont ses amis parmi les romains et les juifs ont raconté, qu'il a enseigné et fait de grandes merveilles, et finalement subi la mort des martyrs à Jérusalem. Il est né à Nazareth, à l'entrée de la belle vallée où la rivière Kisson se précipite sur les pentes escarpées du mont Tabor. Il fut placé sous la protection de l'Ordre par un membre de notre Fraternité, par qui son père et sa mère trouvèrent un refuge dans leur fuite vers l'Égypte. Il y a, comme vous le savez, beaucoup de nos Frères vivant aux frontières de l'Égypte. Avec le temps, Jésus a été admis dans l'Ordre en même temps que Jean dès l'âge d'homme. Il vivait alors en Galilée et venait de rentrer d'une visite à Jérusalem, où il était surveillé par notre Fraternité. Jutha fut le lieu de son initiation, près du grand château de Massada, où les montagnes élèvent leurs hauts sommets au-dessus du pays environnant. Chers Frères, vous avez tous été convaincus qu'il a été membre de notre Ordre, aussi bien par les doctrines qu'il a enseignées au peuple et ses signes de reconnaissance, en particulier le baptême et la rupture du pain et le passage du vin, ainsi que par son baptême par un de nos Frères, Jean, au Jourdain, près du rivage de la mer Morte, en direction de l'ouest pour le baptême, comme vous le savez, a été, depuis des temps immémoriaux, une institution sacrée en notre Ordre. Vous vous demandez si la croyance dans le surnaturel et les miracles devraient prendre pied au milieu de nous, quand vous savez que nous avons tous à assumer la responsabilité des actions d'un de nos membres. Par conséquent, vous devez savoir que la rumeur est comme un vent. Quand elle commence, elle pousse l'air pur loin devant, mais dans son progrès elle reçoit toutes les vapeurs et la brume de la terre, et quand elle a parcouru quelque distance, elle crée l'obscurité au lieu de l'air pur et dont elle était composée, et ne se compose finalement que des particules qu'elle a reçues pendant sa progression. Il en va de même pour les rumeurs concernant Jésus et son destin.

Par ailleurs, souvenez-vous que les hommes inspirés qui ont écrit et parlé de lui, étaient souvent emportés par l'enthousiasme, et dans leur dévouement et leur simplicité ils croyaient toutes les choses racontées sur lui par les multitudes qui étaient encore plus simples d'esprit et superstitieuses qu'eux. Aussi, gardez toujours à l'esprit que, conformément à nos propres règles, les secrets de notre sainte Fraternité demeurent à tout moment inconnus de ces écrivains, et que seuls nos plus hauts membres ont connaissance de l'aide et de la protection secrètes que Jésus a reçu de nous. Et enfin, n'oubliez pas que nos lois rigides nous interdisaient d'intervenir ou de prendre une part active dans les conseils ou les plans des dirigeants du pays. Par conséquent, nous avons agi tranquillement et secrètement, et avons subi la loi qui suivait son cours ; en même temps, nous avons secrètement aidé et assisté notre ami de façon à ne pas enfreindre la loi et nos règles. Sachez donc que Jésus était et est notre Frère, et lui-même a juré, quand à Jutha il a été fait un initié de notre Ordre, que dès lors notre Fraternité lui était acquise comme père et mère, et nous l'avons vraiment prouvé dans l'esprit et la lettre de notre Loi. Je vous écris ceci, mes Frères, dans la vérité et la connaissance de notre Fraternité, afin que vous sachiez et compreniez la vérité sur ce qui est arrivé. Je ne vous parle que des choses que je connais, et j'ai vu tout cela de mes propres yeux, et j'ai pris un intérêt profond et une part active dans toutes ces affaires. Maintenant, au moment où je vous écris ceci, les juifs ont mangé sept fois l'agneau de la Pâque depuis que notre Frère a été crucifié, notre Frère que nous avons tous aimé et en qui Dieu a été glorifié. Néanmoins, je n'ai oublié aucune des choses que j'ai vécu pour voir venir à passer. En effet, aussi vraies que les œuvres qui passent de mes lèvres, et les pensées que j'écris, comme je crois en vérité du fond de mon âme, que Jésus a été choisi de Dieu et engendré par l'Esprit Éternel. Il s'appelait lui-même le Fils de Dieu, et il s'est révélé à nous en enseignant au Nom de Dieu. Il a également vécu une vie sainte, et a été profondément instruit dans les secrets de tous les royaumes de la nature. Dans toutes ces choses, nous, de la Fraternité secrète, reconnaissons Dieu ; et l'homme au milieu de nous peut dire : « Voici, je suis de Dieu ». En vérité il est ainsi, car celui qui ne peut pas le dire, n'ayant pas l'œuvre dans son cœur et ne l'ayant pas appris de l'esprit.

Je vais maintenant vous parler de la parenté de cet homme qui a aimé tous les hommes et pour qui nous ressentons la plus haute estime, afin que vous puissiez en avoir pleine connaissance. Il était depuis son enfance élevé pour notre Fraternité. En effet, il était prédit par un essénien que la femme pensait être un ange. Cette femme a été donnée à beaucoup d'imaginations explorant le surnaturel et les mystères de la vie, et elle a trouvé un profond intérêt et plaisir dans les choses qu'elle ne pouvait expliquer. Notre Frère, l'essénien, nous a rapporté sa part dans ces choses, et a persuadé secrètement la Fraternité de rechercher et protéger l'enfant. Et Joseph, qui était un homme de grande expérience dans la vie, et d'un profond dévouement à la vérité immortelle, bien qu'étant un messager de notre Ordre, a été contraint de ne pas quitter la femme ni troubler sa foi dans le caractère sacré de son expérience, et d'être un père pour l'enfant jusqu'à ce que notre Fraternité l'admette comme novice. Ainsi, lors de leur fuite vers l'Égypte, Joseph a été secrètement protégé et guidé par notre Ordre et conduit comme un invité à la Confrérie rassemblée au Mont Cassius sur la pente de la montagne, sur laquelle les romains ont construit un temple dédié à Jupiter. Les esséniens qui y vivaient ont été chargés d'introduire Joseph, sa femme et l'enfant dans leur congrégation, afin qu'ils puissent voir notre manière d'adorer et de louer Dieu, le Créateur de Tout, et d'apprendre la cérémonie de manger le pain consacré et boire le vin sacré. À notre demande, ils ont informé notre Fraternité à Jérusalem comment tout avait été fait. Joseph fut placé parmi le demi-cercle d'hommes à la droite, et Marie, sa femme, parmi les femmes à gauche. Là, avec nos Frères, ils mangèrent le pain et burent le vin, et ils chantèrent tous les hymnes saints. De plus, Joseph a juré devant l'aîné de notre Fraternité qu'il renonçait pour toute éternité à l'enfant qui devait dès lors appartenir à l'Ordre. Il fit alors connaissance avec le salut et le signe de la sainte Fraternité, ce qui lui permettrait pendant ses voyages de se faire connaître d'eux. Ils lui indiquèrent également le chemin à suivre pour arriver en sécurité. Ce parcours traversait une partie du pays où vivaient de nombreux juifs éclairés et savants, très versés dans les Écritures et consacrés à l'étude. Parmi ceux-ci, notre Ordre compte de nombreux membres. On leur ordonna de protéger Joseph et d'être hospitalier avec lui, avant même qu'il n'arrive parmi eux. C'était dans le beau pays d'Héliopolis avec sa splendide forêt et près du temple de Jéhovah, érigé par Onias.

Lorsque le péril en Galilée fut terminé et que les légions de Varus pillaient en Judée, faisant ce pays pas sûr, Joseph se rendit à Nazareth, qui est située près de la montagne escarpée de Tabor. Mais bientôt Archélaos a suscité une nouvelle terreur en Galilée et Joseph a été persuadé par nos Frères d'aller à Jérusalem en passant par Luhen, et là chercher la protection par notre Fraternité. Cela a été dûment accompli, et à la Pâque ils arrivèrent en Nissan. Ici je leur ai moi-même parlé. J'étais alors dans le degré inférieur de l'Ordre, et dans l'obéissance du commandement de l'aîné à porter un message à Joseph. J'ai trouvé un homme de candeur, et d'une vaste expérience qui parlait avec beaucoup de jugement et de sagesse. En effet, il a exhorté Marie à décrire distinctement les différences entre réalité et imagination rêveuse, des choses aussi différentes que le jour est de la nuit, et l'a instruit comment calmer son esprit par la prière et le dévouement. Son esprit était rempli d'imaginations ardentes qui élevaient souvent ses pensées aux choses célestes et la rendaient indifférente aux choses terrestres. En conséquence, elle a fortement influencé l'esprit de son fils à l'étude et la contemplation des vérités immortelles. Joseph l'a félicitée pour sa bonne influence sur l'enfant.  Ils donnaient de l'aumône à la vue des multitudes. Ils ont enseigné du « royaume des morts » de l'influence des bons anges et des mauvais esprits, et de la future grande destinée éternelle du peuple juif. Bien qu'ils eussent beaucoup d'amis parmi le peuple ordinaire, et exerçaient sur eux un grand pouvoir et une grande influence, néanmoins l'Esprit de Dieu ne demeurait ni dans leurs maisons ni dans leurs langues. Mais Joseph en était venu à nos doctrines, et sans figures ni mystères, il les a fixé dans l'esprit de l'enfant grandissant. En effet, l'enfant très tôt a été touché par les misères du peuple, et ils ont été ravi de l'entendre enseigner la parole de Dieu. Les scribes le savaient originaire de Galilée, et ils le méprisaient comme ils méprisaient le peuple entier de Galilée. Mais quelques-uns de nos Frères allèrent au Temple, et sans se trahir par notre sainte salutation, le gardèrent au milieu d'eux, afin de le protéger ainsi.

Il a également instruit Jésus dans la Connaissance et la Sagesse, et a protégé son esprit pur contre la puissance de l'imagination surchargée. Et quand l'enfant Jésus a parlé avec les scribes concernant des choses saintes, ses doctrines ont profondément offensé les pharisiens à Jérusalem, en ce qu'ils les considéraient dangereuses et incroyables. Dans la mesure où les pharisiens tenaient rigoureusement aux traditions et aux détails de la Loi de Moïse, ils étaient profondément lésés envers ceux qui ne croyaient pas avec eux et qui ne gardaient pas la forme extérieure des cérémonies de leur service au Temple. Quand l'enfant divin a parlé publiquement dans le Temple, nos Frères étaient craintifs des dangers qui le menaçaient, car ils savaient que les pharisiens et les rabbins étaient en conseil privé, résolus à le bannir de la Galilée à cause de ses doctrines. Ils l'ont donc attiré à la synagogue de Sophérim en lui manifestant un supposé intérêt pour la Loi, car ils ont perçu que dans toute son ardeur et son enthousiasme, il n'était influencé par rien d'autre. Ainsi il arriva qu'il était perdu de son père et de sa mère, dans la grande ville qui contenait alors beaucoup de gens de tout le pays, à cause de la Pâque. Nos amis, les esséniens, furent informés de ces choses, et ils virent qu'il n'était pas prudent ou sage pour l'enfant de rester plus longtemps parmi les pharisiens, plus encore un rabbin qui était devenu un véritable ami et professeur de l'enfant, ne pouvait plus être présent pour modérer son zèle et son ardeur, en disant qu'il était avec les hypocrites immoraux, comme le rabbin avait disparu en une journée à Jéricho. Nous avons donc informé Joseph et sa femme, que nous trouvâmes dans le double chagrin dans la mesure où ils avaient été également informés que le mari d'Élisabeth, l'ami de Marie, était mort. Ainsi, pendant trois jours, Marie a cherché son fils avec une profonde tristesse, et en même temps elle avait un fort désir d'aller voir son amie. Enfin, le quatrième jour, elle trouva son fils à Sophérim, selon les informations données par nos Frères. Et Nabbin, le rabbin qui avait pris un tel intérêt pour l'enfant, était un membre secret de notre Ordre et avait reçu des instructions pour le protéger. C'est ainsi que Marie, son mari et son fils retournèrent à Jutha.

Ici, elle trouva son amie Élisabeth dans une grande douleur, avec son fils, qui s'appelait Jean. Ici les deux jeunes gens étaient beaucoup ensemble, et ensemble ils ont beaucoup parlé du sacré et du divin. Ils erraient dans les parties les plus sauvages des régions de montagne. Ils devinrent des amis dévoués, et leur attachement mûrit en une connaissance intime l'un de l'autre dans leur recherche de la Vérité. Jean, qui était le fils de Zacharie, avait déjà reçu les doctrines des nazaréens en matière de réserve, et il connaissait parfaitement les Écritures et les Traditions, mais ne comprenait pas le beau et l'exalté de ce monde, ni les lois de la nature, comme Jésus. Il éprouvait une grande aversion pour les coutumes des païens, et méprisait et détestait tous les tyrans.

Et le temps était venu où Jésus devait être admis au premier degré de notre Ordre. Et dans la vallée, notre Ordre avait une Fraternité, située près des montagnes où se trouve le château de Massada, et l'aîné de notre Fraternité les a rencontrés là, et a écouté leur conversation. Il leur a enseigné que la Sagesse et la Vertu sont renforcées par la Fraternité. Après quoi Jésus, dans un transport de grande joie, lui demanda de le préparer à entrer dans notre saint Ordre. L'exemple de Jésus a été suivi par Jean, et l'aîné a offert une prière qui a fait de Jésus un dévot de Dieu. Selon les règles de notre Ordre, l'aîné a maintenant dit : « Vous serez mes Frères, dès que par la prochaine lune nouvelle, vous verrez l'éblouissement du feu sur la montagne où le Temple est construit, et où vous allez alors apparaître. Celui qui est initié dans notre Ordre doit en même temps consacrer sa vie au service des autres. Dit à ton père Joseph, que le moment est venu pour lui d'accomplir le vœu qu'il a fait au Mont Cassius ».

L'essénien partit alors. Mais quand l'enfant est rentré chez lui, Joseph avait déjà été rappelé à son vœu, et de ses devoirs envers nos Frères. Joseph a alors, pour la première fois, fait savoir à Jésus qu'il n'était pas son père. Ensemble, ils gardèrent secret l'entrée de Jésus dans notre Fraternité, par peur des rumeurs. A l'heure convenue, ils ont vu, le soir, le signal de feu remonter de la montagne, sur quoi ils se sont immédiatement mis en route. Quand ils furent arrivés au Temple, ils furent accueillis par les messagers en blanc, envoyés par la Fraternité. Selon nos règles, Jésus a été initié dans notre saint Ordre, de la manière suivante : Tous deux ont été instruits de la manière d'entrer dans l'assemblée, où les frères étaient assis en quatre groupes séparés, selon les quatre degrés. Sur la scène, le croissant a jeté son éblouissement. Les deux furent placés devant les Frères. Là, ils firent leur vœu, les Frères, dans leurs robes blanches, plaçant leurs mains droites sur leurs seins, la gauche pendant sur le côté. Et cela a été fait comme un signe que personne d'autre qu'un cœur pur ne peut voir ce qui est sacré et saint ! Et les deux ont juré l'indifférence aux trésors de la terre, au pouvoir temporel, et par le baiser fraternel ils ont fait vœu d'obéissance et de secret. Et, conformément à notre coutume, lorsque ces deux hommes eurent fait leur vœu, ils furent conduits dans la caverne solitaire où, pendant trois jours et trois nuits, ils furent soumis à leur propre examen et épreuve.

Le soir du troisième jour, ils furent de nouveau amenés devant l'assemblée des Frères pour répondre aux questions qui leur sont posées, puis prier. Ayant reçu le baiser fraternel, ils ont été revêtus de robes blanches, emblèmes de pureté sacrée, et la cuillère emblématique des travaux de notre Fraternité, a été mise dans leurs mains. Après avoir chanté les hymnes sacrés, et partagé la fête de l'amour entre eux-mêmes selon la coutume de notre Ordre, aucun des Frères participant ne les a rejetés. Après cela, ils furent instruits des épreuves et disciplines par lesquelles ils doivent passer ? vivant dans l'isolement et la solitude, séparée du monde de l'humanité, pour une période d'un an, à ce point près de l'aîné de l'Ordre dont ils devraient recevoir des instructions adéquates pour l'avancement vers les degrés supérieurs de notre Ordre. Tous deux grandissaient rapidement dans la Connaissance divine. Jésus était franc et plein de disposition, mais Jean se couvrait de sérieux et d'une solitude sévère. Quand l'année de l'épreuve et de l'interrogatoire fut passée, ils furent de nouveau, sous la nouvelle lune, admis dans l'Ordre, cette fois en tant que membres réels, et initiés dans la Science supérieure. Lorsqu'ils eurent pleinement tenu compte de leur conduite au cours de l'année précédente et agi en obéissance à toutes les règles de l'Ordre, et qu'ils eurent accompli les cérémonies du chant, de la prière et de la fête de l'amour, ils ont été conduits à la chambre de culte secrète, et là ils ont été instruits et exhortés à chercher dans les Écritures. Dans la mesure où les règles de notre Ordre le permettent, le membre admis peut soit rester avec la Fraternité, travailler en secret et camaraderie, soit sortir dans le monde pour enseigner ou guérir, selon son choix. Alors Jésus a choisi d'aller enseigner, tandis que Jean a choisi de devenir un thérapeute, ou un dirigeant. Jésus se sentait appelé par l'esprit de Dieu, et désirait prêcher les doctrines de notre Ordre au peuple. Il arriva donc que Jean retourna à Jutha pour vivre dans la solitude du désert, et Jésus retourna à Nazareth. Là, il prouva glorieusement sa Vertu et accomplit son vœu à l'Ordre.

Son ami Lazare avait une sœur Marie, qui aimait Jésus, et lui dans son cœur, lui retournait son amour. Mais, selon les règles de notre Ordre, on ne permet pas à un essénien de prendre épouse, selon son propre désir, de peur que l'œuvre sacrée soit retardée. Jésus a surmonté son amour pour cette femme par son dévouement respectueux au service désintéressé de la Fraternité. Mais la lutte était dure, et à l'heure de leur séparation, Jésus et Marie pleuraient amèrement.

Je vous informe de toutes ces choses, mes Frères, pour que vous sachiez en effet, que Jésus était notre Frère et appartenait à notre saint Ordre. Il doit être mis fin à tous les doutes et les incertitudes sur cette question. Jésus, notre Frère, a volontairement souffert la mort pour glorifier ainsi les doctrines de notre Ordre, et la plus grande récompense de notre Vertu, c'est que l'on puisse, de la même manière, nous sacrifier pour lui. Vous avez entendu les récits que les juifs et ses disciples ont faits à son sujet, qu'ils l'ont vu dans les montagnes et sur la route après avoir cru qu'il était mort.

La providence divine nous a donné une connaissance minutieuse de ces événements qui sont cachés au peuple, et c'est notre devoir de vous informer des faits en réponse à vos questions relatives à cela. Même pendant que j'écris ceci, mes yeux débordent de larmes, et je semble voir notre Frère au milieu de sa torture et dans l'angoisse de la mort, et mon esprit affligé est de nouveau blessé par le souvenir de son majestueux courage et de son sacrifice. Il a été envoyé de Dieu, choisi par le Tout-Puissant, bien-aimé de nous tous et inspiré à la fois dans l'enseignement et la connaissance de la nature et de ses éléments. Voici donc, mes Frères, ce qui arriva à Jérusalem il y a sept ans passés. J'ai vu tout cela de mes propres yeux, et de mes lèvres je l'ai gardé secret, afin que le monde ne le sache pas, car les juifs et les païens ne croient que dans ce qu'ils ont vu de leurs propres yeux. Et ainsi ils n'ont aucune foi en Dieu au-delà de ce qu'ils peuvent concevoir avec leurs sens. Par conséquent, mes chers Frères, vous devriez louer Dieu de ce qui est ainsi arrivé. Nous avons gardé ces choses secrètes du peuple, de crainte que leur croyance dans la providence en soit diminuée. Car vous savez qu'il y a beaucoup d'hommes pieux et excellents qui ont enregistré et se souviennent de la vie et de la mort de Jésus, mais seulement les rumeurs, les ont augmentées et corrompues à cause de la superstition, et de respect et de piété ils croient ce qu'ils entendent d'un Maître bien-aimé. Il en était de même avec ceux, choisis parmi le peuple, qui ont été appelés disciples de Jésus. La plupart d'entre eux n'ont entendu l'histoire de sa vie et de sa mort que par la tradition, et elle a été racontée d'homme à homme, bien qu'il y en eût d'autres qui étaient présents, mais ceux-ci n'ont donné aucune information concernant ces événements importants.

En secret, je vais maintenant vous informer de ce que moi et notre Fraternité avons vu à Jérusalem. Et vous savez qu'un essénien ne se permet jamais d'ouvrir ses lèvres sauf pour dire la plus stricte vérité. Tout homme qui a le don de la parole doit magnifier Dieu, et donner la manifestation de lui, comme Dieu lui a donné une langue dans sa bouche. Nous aurions peut-être sauvé notre Frère bien-aimé de la vengeance de ses ennemis, si tout ne s'était pas passé si vite, et si nos lois ne nous avaient pas interdit de s'immiscer dans les affaires publiques. Néanmoins, nous l'avons sauvé dans le secret, comme il accomplissait sa mission divine à la vue de tout l'univers. En effet, un homme qui meurt pour sa foi n'augmente pas la gloire de Dieu. Mais si, plein de dévouement et de confiance divine, il subit le martyre pour sa foi, cette résolution, fermement fixée dans l'esprit, constitue l'accomplissement de notre travail à la vue du monde. Par conséquent, faites bien attention à ce que je vous dis maintenant, afin que vous puissiez juger par vous-mêmes des rumeurs qui vous sont parvenues depuis Rome.

 

[cette partie du document a été endommagée par le temps, et les parties restantes du texte ne peuvent pas être interprétées]

La procession dans laquelle se trouvait les condamnés Jésus et les deux voleurs, sortit par la vallée qui mène de Jérusalem au Golgotha, le lieu d'exécution. Les femmes pleuraient à haute voix quand elles virent Jésus presque tomber sous le poids de la croix et de ses blessures de la flagellation qu'il avait subi, saignant abondamment. Arrivé à la montagne stérile Giléon, où rien ne pousse, et qui se trouve du côté nord, à partir de laquelle la vallée solitaire de la mort serpente son chemin, ils s'arrêtèrent, et Jésus tomba à terre, son corps torturé perdant toutes ses forces. Pendant ce temps, les soldats romains choisissaient des endroits pour ériger les croix. Ceci fait, ils ont voulu prouver leur sympathie avec les suppliciés en leur donnant une boisson qui les rendrait inconscients, selon la coutume avant la crucifixion. Cette boisson a été faite à partir de vin aigre mélangé à de l'absinthe, et a été appelée « Toska ». Mais Jésus ne voulait pas mourir pour sa foi et à la vérité comme un ivrogne, par conséquent, il a refusé de la boire, ayant connaissance par notre Ordre, des qualités du mélange, qui l'a su en la testant. Et les croix étant érigées, le temps était venu où le châtiment devait être infligé à Jésus. La première cérémonie fut de déchirer ses vêtements de son corps. Mais d'abord, pour que cela soit fait, il fallait le dépouiller du manteau du soldat qu'il portait après la flagellation, et lui mettre ses propres vêtements qui, plus tard, furent arrachés de son corps comme la loi l'exige. A la demande des serviteurs du Sanhédrin, la croix conçue pour Jésus fut placée au milieu, entre celle des deux voleurs, indiquant ainsi que c'était le plus grand crime. Ils avaient même distingué sa croix des autres, car bien qu'elles fussent ordinairement construites de telle manière que les faisceaux perpendiculaires n'atteignent pas la traverse, la sienne était de forme différente, le faisceau perpendiculaire atteignant bien au-dessus de la traverse.

Il se saisirent alors de Jésus, et le soulevant, le placèrent sur le petit poteau qui est toujours placé devant chaque croix, afin que le corps du criminel puisse y rester là tout en étant attaché. Ils attachèrent les bras comme d'habitude avec des cordes solides, si étroitement que tout le sang retournait au cœur, et la respiration était ainsi rendue difficile. De la même manière, ils lui attachèrent les pieds et lui serrèrent à la moitié des jambes des cordes solides qui a conduit aussi le sang circulant vers le cœur. Après cela, ils passèrent dans ses mains des clous de fer épais, mais aucun par ses pieds, car ce n'était pas l'usage. Je le remarque particulièrement, mes chers Frères, dans la mesure où l'on a répandu qu'il avait été cloué à la fois par ses mains et ses pieds. Ainsi, il a simplement été accroché, exposé à des souffrances incalculables, dans la chaleur du soleil, qui dans la journée était extrême et fatigante, tandis que les soldats s'emparaient de ses vêtements, selon la coutume. Ils coupèrent le manteau en quatre parties, mais la tunique était tissée, et ne pouvait être déchirée, et ils tiraient au sort.

Après le midi, quand le soleil tourna, il vint des foules de la ville, attirées par la curiosité, et il y avait plusieurs prêtres présents, se réjouissant de leur vengeance pécheresse. Ils le ridiculisaient, courbé comme il était de douleur et d'effort, et exhortaient le peuple à se moquer de lui. Jésus souffrit tranquillement, dirigeant son regard vers le ciel. Il n'entendit pas les femmes de sa tribu de Galilée qui se tenaient à une certaine distance, se tordant les mains et se lamentant, comme elles pensaient à une mort intempestive. Ces bruits d'angoisse et de lamentation furent couverts par les bruits de cavaliers qui avançaient sur les lieux. C'était le grand prêtre Caïphe, avec une grande escorte de serviteurs, qui venaient se moquer et ridiculiser le « Fils de Dieu » crucifié. Et même l'un des voleurs crucifiés se joignit à eux pour le ridiculiser, car il avait secrètement espéré que Jésus se serait délivré lui-même et eux par miracle. Maintenant les romains, en dérision des juifs, avait fixé une tablette sur la croix au-dessus de sa tête, sur laquelle, en quatre langues différentes, ils le désignaient « roi des juifs ». Cela a profondément irrité les prêtres, mais dans la mesure où ils craignaient Pilate, ils ont épuisé leur colère en se moquant de Jésus.

Les ténèbres descendirent sur la terre, et le peuple retourna à Jérusalem, mais les disciples de Jésus, ses amis et les anciens de notre saint Ordre restèrent sur le Golgotha, notre Ordre ayant près une colonie pour la dévotion et pour prendre part à notre fête d'amour. Et Jésus reconnut sa mère parmi les femmes pleurant de Galilée, debout près du silencieux Jean. Jésus criait haut et fort, dans l'angoisse de sa douleur, en citant le vingt-deuxième psaume, priant ainsi Dieu de le délivrer de ses souffrances. Il restait encore quelques pharisiens sur la montagne, qui avaient l'intention de se moquer de lui parce qu'ils s'attendaient et espéraient que Jésus descendrait de la croix, « le sauveur mondial du peuple ». Et comme cela ne s'était pas passé, ils se sentaient trompés et donc en colère. La chaleur se fit de plus en plus intense, plus insupportable, et un feu se formait dans la terre et dans l'air, ce qui est essentiel à la purification des éléments. Les Frères esséniens, par leur connaissance de la nature et de ses éléments, savaient qu'un tremblement de terre allait venir, comme autrefois au temps de nos aïeux. Au moment où la nuit approchait, la terre commençait à trembler terriblement, et le centurion romain devenait si terrifié, qu'il se mit à prier à ses dieux païens. Il croyait que Jésus était aimé par les dieux. La plupart des gens effrayés s'éloignèrent hâtivement du lieu et retournèrent à Jérusalem, et le Centurion qui était un noble homme de nature compatissante, a permis à Jean de conduire la mère de Jésus près de la croix.

Jésus était consumé de soif. Ses lèvres étaient cuites et desséchées, et la douleur lui brûlait les membres. Un soldat a mis une éponge trempée dans du vinaigre sur une longue canne d'hysope, et de celle-ci Jésus a étanché sa soif. Comme il recommandait sa mère aux soins de Jean, il devenait plus sombre, bien que la pleine lune aurait dû briller dans les cieux. On pouvait observer un brouillard épais et rougeâtre montant de la Mer Morte. Les crêtes des montagnes autour de Jérusalem tremblèrent violemment, et la tête de Jésus tomba sur sa poitrine. Quand il prononça son dernier gémissement d'angoisse et de douleur, et décéda, un bruit sifflant se fit entendre dans les airs, et les juifs qui restaient encore furent saisis par une grande peur, car ils croyaient que les mauvais esprits qui vivent entre le ciel et la terre procédaient de punir le peuple. C'était ce bruit étrange et inhabituel dans l'air qui précède un tremblement de terre. Bientôt la montagne commença à secouer la campagne environnante et la ville commença à se balancer, et les murs épais du Temple cédèrent jusqu'à ce que le voile dans le Temple se soit séparé et soit tombé de sa place. Même les rochers éclatèrent, et les sépulcres taillés dans la roche furent détruits, de même que beaucoup de cadavres y demeurèrent. Et comme les juifs considéraient tout cela comme extrêmement surnaturel, le Centurion romain croyait maintenant à la divinité et l'innocence du christ, et consola sa mère. Bien que nos Frères n'aient pas osé dire au peuple, comme c'est un secret avec nous, néanmoins ils connaissaient bien la cause de ce phénomène de la nature et croyaient en leur Frère sans lui attribuer des pouvoirs surnaturels. Chers Frères, vous nous avez reproché de ne pas avoir sauvé notre Ami de la croix par des moyens secrets. Mais je n'ai qu'à vous rappeler que la loi sacrée de notre Ordre nous interdit de procéder publiquement et de s'ingérer dans les affaires d'État. En outre, deux de nos Frères, influents et expérimentés, ont utilisé toute leur influence avec Pilate et le conseil juif en faveur de Jésus, mais leurs efforts ont été frustrés en ce que Jésus lui-même a demandé d'être autorisé à souffrir la mort pour sa Foi, et donc suivre la Loi, car, comme vous le savez, mourir pour la Vérité et la Vertu est le plus grand sacrifice qu'un Frère peut faire. Il y avait un certain Joseph d'Arimathie. Il était riche et membre du Conseil, il était très estimé par le peuple. C'était un homme prudent et, s'il ne semblait appartenir à aucun parti, il était secrètement membre de notre Ordre sacré et vivait conformément à nos lois. Son ami Nicodème était un homme très savant et appartenait au plus haut degré de notre Ordre. Il connaissait les secrets des thérapeutes et était souvent avec nous. Maintenant, il arriva qu'après le tremblement de terre, et beaucoup de gens étaient partis, Joseph et Nicodème arrivèrent à la croix. Ils furent informés de la mort des crucifiés, dans le jardin de nos Frères, non loin du calvaire. Bien qu'ils déploraient vivement sa mort, il leur parut néanmoins étrange que Jésus, ayant passé moins de sept heures, soit déjà mort. Ils ne pouvaient pas y croire, et se hâtèrent de monter à l'endroit.

Là, ils trouvèrent Jean seul, il était déterminé à voir ce qui allait devenir du corps aimé. Joseph et Nicodème examinèrent le corps de Jésus, et Nicodème, très ému, tira Joseph de côté et lui dit : « Aussi sûr que ma connaissance de la vie et de la nature, aussi sûr il est possible de le sauver ». Mais Joseph ne le comprenait pas, et il nous a exhortés à ne pas dire à Jean ce que nous avions entendu. En effet, c'était un secret, qui était de sauver notre Frère de la mort. Nicodème a crié : « Nous devons immédiatement avoir le corps avec ses os intacts, parce qu'il peut encore être sauvé ! ». Puis, se rendant compte de son manque de prudence, il continua dans un murmure : « sauvé d'être enfoui  infâmement ». Il persuada Joseph de méconnaître son propre intérêt, afin de sauver son ami en allant immédiatement voir Pilate, et prévalant de leur permettre de prendre le corps de Jésus depuis la croix cette nuit même, et de le mettre dans le sépulcre taillé dans la roche tout près, et qui appartenait à Joseph. Moi, comprenant ce qu'il voulait dire, je suis resté avec Jean pour surveiller la croix et empêcher les soldats de briser les os de Jésus. Aucun cadavre n'est autorisé à rester sur la croix pendant la nuit, et le lendemain étant le dimanche, ils ne voulaient pas l'emmener et l'enterrer tôt. Le conseil juif avait déjà demandé à Pilate de donner l'ordre aux soldats de briser les os des crucifiés, afin qu'ils soient enterrés. Après que Joseph et Nicodème soient partis, chacun sur sa mission sacrée, un messager arriva apportant l'ordre au Centurion de descendre les cadavres et de les enterrer. Moi-même j'étais très agité par cette information, car je savais qu'il ne serait pas manipulé avec grand soin, il ne pourrait pas être sauvé, et encore moins si ses os étaient brisés.

Même Jean était consterné, mais pas de peur que les plans soient compromis, car de ceux-ci, il ne savait rien, mais il était profondément affligé à la pensée de voir le corps de son ami mutilé. Car Jean croyait que Jésus était mort. Quand le messager arriva, je me hâtais de le voir, pensant et espérant que Joseph avait déjà vu Pilate, ce dont il n'y avait en réalité aucune possibilité : « Pilate t'envoie ? ». Lui demandai-je. Et il répondit : « Je ne viens pas de la part de Pilate, mais de son secrétaire, qui agit pour le gouverneur dans des choses aussi insignifiantes ». Le Centurion, observant mon inquiétude, me regarda, et à la manière d'un ami, je lui dis : « Vous avez vu que cet homme crucifié est un homme rare, ne le maltraitez pas, car un homme riche parmi le peuple est maintenant avec Pilate pour lui offrir de l'argent pour le cadavre, afin qu'il lui donne une sépulture décente ». Chers Frères, je dois vous informer que Pilate vendait souvent les corps des crucifiés à leurs amis pour les enterrer. Et le Centurion était amical envers moi, puisqu'il avait conçu à la lumière des événements que Jésus était un homme innocent. Aussi, quand les deux voleurs furent frappés par les soldats avec des bâtons lourds et leurs os brisés, le Centurion passa à la croix de Jésus, disant aux soldats : « Ne brisez pas ses os, car il est mort ».

Et un homme a été vu approchant rapidement le long de la route du château d'Antonia au calvaire. Il se dirigea vers le Centurion et lui apporta l'ordre de venir rapidement à Pilate. Le Centurion interrogea alors le messager pour savoir ce que Pilate voulait de lui à une heure si tardive de la nuit. Le messager répondit que Pilate voulait savoir si Jésus était effectivement mort. « Ainsi, il est », dit le Centurion, « donc nous ne lui avons pas brisé les os ». Pour en être plus sûr, un des soldats enfonça une lance dans le corps de telle sorte qu'elle passe sur la hanche et dans le côté. Le corps ne montrait pas de convulsions, et c'était un signe certain qu'il était réellement mort, et il se dépêcha et s'en alla faire son rapport. Mais de la blessure insignifiante coulait du sang et de l'eau, ce qui étonna Jean, et mon propre espoir revivait. Car même Jean savait, par la connaissance de notre Fraternité, que d'une plaie d'un cadavre ne coulent que quelques gouttes de sang épaissi, mais maintenant il coulait à la fois de l'eau et du sang. J'étais profondément inquiet que Joseph et Nicodème ne soient pas revenus. Enfin, on vit venir quelques femmes galiléennes à leur retour de Béthanie, où elles avaient amené Marie, la mère de Jésus, aux soins des amis esséniens. Et parmi les femmes, il y avait aussi Marie, sœur de Lazare, qui avait aimé Jésus, et elle pleurait fort. Mais avant qu'elle ne puisse verser son chagrin, et tandis que Jean regardait attentivement la blessure du côté de Jésus, ne voyant rien d'autre, Joseph et Nicodème arrivèrent en toute hâte. Joseph, par sa dignité, avait bouleversé Pilate, et Pilate, ayant eu des informations sur la mort du crucifié, donna le corps à Joseph, et sans avoir payé ainsi. Car Pilate avait un grand respect pour Joseph et se repentit secrètement de l'exécution. Quand Nicodème vit de la plaie couler de l'eau et du sang, ses yeux s'animèrent d'un nouvel espoir, et il parlait d'une manière encourageante, prévoyant ce qui allait arriver.

Il attira Joseph à côté de moi, à une certaine distance de Jean, et parla à voix basse et pressée : « Chers amis, soyez de bonne humeur, et mettons-nous au travail. Jésus n'est pas mort. Il semble que ce ne soit que parce que sa force est partie. Pendant que Joseph était avec Pilate, je me suis précipité à notre colonie et ai cherché les herbes qui sont utiles dans de tels cas. Mais je vous exhorte à ne pas dire à Jean que nous espérons ranimer le corps de Jésus, de peur qu'il ne puisse cacher sa grande joie. Et ce serait dangereux, en effet, que le peuple le sache, car nos ennemis nous mettraient tous à mort avec lui ». Après cela, ils se hâtèrent à la croix et, selon les prescriptions de l'art médical, il détacha ses liens, tira les pointes de ses mains et, avec beaucoup de soin, le posa sur le sol. Alors, Nicodème répandit des épices fortes et des baumes de guérison sur de longs morceaux de byssus qu'il avait apportés et dont l'usage était connu seulement de notre Ordre. Il a traité ainsi le corps de Jésus en prétendant qu'il l'a fait pour empêcher le corps de se décomposer jusqu'à ce que, après la fête, il l'embaumerait alors. Ces épices et pommades avaient de grands pouvoirs de guérison et ont été utilisés par nos Frères esséniens qui connaissaient les règles de la science médicale pour rétablir la conscience de ceux qui étaient en état de mort comme des évanouissements. Et alors que Joseph et Nicodème se penchaient sur son visage et que leurs larmes coulaient sur lui, ils soufflèrent en lui leur propre souffle et réchauffèrent ses tempes, et Joseph se douta de son rétablissement, mais Nicodème l'encouragea à redoubler d'efforts. Nicodème répandit le baume dans les deux mains percées par les clous, mais il croyait qu'il ne valait pas mieux fermer la blessure du côté de Jésus, parce qu'il considérait le flux de sang et d'eau qui en résultait, utile à la respiration et bénéfique dans le renouvellement de la vie. Au milieu de sa douleur et de son chagrin, Jean ne croyait pas que la vie retournerait au corps de son ami, et il n'espérait le revoir que lorsqu'ils se rencontreraient dans Schéol.

Le corps fut ensuite déposé dans le sépulcre fait dans les rochers, qui appartenait à Joseph. Ils enfumèrent ensuite la grotte avec de l'aloès et d'autres herbes fortifiantes, et tandis que le corps était étendu sur le lit de mousse, toujours raide et inanimé, ils placèrent une grande pierre devant l'entrée, pour que les vapeurs puissent mieux remplir la grotte. Ceci fait, Jean et quelques autres sont allés à Béthanie, pour consoler sa mère accablée de douleur. Mais Caïphe, bien que se fût le jour du sabbat, avait envoyé ses espions secrets. Il était impatient de savoir qui étaient les amis secrets de Jésus. Ses soupçons étaient tombés sur Pilate parce qu'il avait donné à Joseph d'Arimathie le corps sans aucun paiement, étant riche, un rabbin et un membre du haut conseil, qui n'avait jamais semblé s'intéresser au cas de Jésus auparavant, mais qui avait maintenant donné sa propre place d'inhumation pour le crucifié. Et c'est ainsi que Caïphe prévoyait des plans secrets entre le riche Joseph et les galiléens, et sachant qu'ils avaient l'intention d'embaumer le corps, il espérait les y capturer, comme l'idée lui était venue, que Joseph et Pilate étaient en train de comploter contre les juifs. La peur lui causait une grande inquiétude, et pour cette raison, il espérait trouver des moyens secrets d'accuser Joseph et de le faire jeter en prison. Il a trahi ce fait lui-même en envoyant tard dans la nuit un certain nombre de ses serviteurs armés à une vallée obscure près de la grotte dans laquelle reposait le corps de Jésus.

A quelque distance d'eux était stationné un détachement de la garde du Temple, pour aider les serviteurs des grands prêtres, si nécessaire. Mais la rumeur vous a dit que ces gardiens étaient des soldats romains, ce qui n'était pas le cas. Le grand prêtre se méfiait même de Pilate. Pendant ce temps, Nicodème s'était hâté avec moi auprès de nos Frères, et les plus anciens et les plus sages venaient conférer le meilleur moyen de rétablir la vie de Jésus. Et les Frères acceptèrent aussitôt d'envoyer un garde dans la forêt. Joseph et Nicodème se précipitèrent à la ville pour accomplir leur nouvelle mission. Après minuit, et vers le matin, la terre recommença à trembler, et l'air devint très oppressant. Les rochers tremblaient et craquaient. Des flammes rouges jaillissaient des crevasses, illuminant les brumes rouges du matin. C'était, en effet, une nuit affreuse. Les bêtes, horrifiées par le tremblement de terre, couraient en hurlant et pleurant dans tous les sens. Par l'ouverture étroite, la petite lampe de la grotte jetait des ombres tremblantes dans l'horrible nuit, et les serviteurs des grands-prêtres étaient pleins de crainte, écoutant le sifflement dans l'air et les rugissements et les grondements dans la terre. Un de nos Frères est allé à la tombe, en obéissance à l'ordre de la Fraternité, vêtu de la robe blanche du quatrième degré. Il passa par un sentier secret qui traversait la montagne jusqu'à la tombe, et qui n'était connu que de l'Ordre. Quand les serviteurs timides du grand-prêtre virent le Frère à la robe blanche sur la montagne s'approchant lentement et partiellement obscurcie par la brume du matin, ils furent saisis d'une grande frayeur, et crurent qu'un ange descendait de la montagne.

Quand ce Frère est arrivé au tombeau qu'il devait garder, il se reposa sur la pierre qu'il avait retirée de l'entrée selon ses ordres, sur quoi les soldats s'enfuirent et répandirent le bruit qu'un ange les avait chassés. Quand le jeune essénien s'était assis sur la pierre, un nouveau choc dans la terre fut fait, et un courant d'air qui passait dans la grotte éteignit la lampe et donna place à la lumière du matin. Trente heures s'étaient écoulées depuis la mort supposée de Jésus. Et quand le Frère, ayant entendu un léger bruit dans la grotte, entra pour observer ce qui se passait, il sentit une odeur étrange dans l'air, comme cela se produit souvent lorsque la terre est sur le point de vomir le feu. Et le jeune homme observa avec une joie inexprimable, que les lèvres du corps bougeaient, et qu'il respirait. Il s'approcha aussitôt de Jésus pour l'aider, et entendit de légers cris s'élever de sa poitrine. Le visage prit une apparence vivante, et les yeux ouverts et étonnés contemplèrent le novice de notre Ordre. Cela se produisit au moment où je partais avec les Frères du premier degré, du conseil, avec Joseph, qui était venu consulter comment apporter de l'aide. Nicodème, qui était un médecin expérimenté, a dit en chemin, que la condition particulière de l'atmosphère causée par la révolution des éléments a été bénéfique à Jésus, et qu'il n'a jamais cru que Jésus était réellement mort. Et il ajouta que le sang et l'eau qui coulaient de la plaie étaient un signe certain que la vie n'était pas éteinte. Tout en conversant ainsi, nous arrivâmes à la grotte, Joseph et Nicodème allaient devant. Nous étions en tout, vingt-quatre Frères du premier degré. En entrant, nous aperçûmes le novice à robe blanche agenouillé sur le plancher mousseux de la grotte, soutenant la tête de Jésus sur sa poitrine.

Et comme Jésus reconnaissait ses amis esséniens, ses yeux étincelaient de joie, ses joues étaient teintées d'un rouge pâle, et il s'assit en demandant : « Où suis-je ? » Alors Joseph l'embrassa, le serra dans ses bras, lui raconta comment tout cela était arrivé et comment il fut sauvé de la mort réelle par un profond évanouissement, que les soldats du calvaire avaient pensé qu'il était mort. Et Jésus s'interrogea, et se sentit lui-même, et louant Dieu, il pleura sur la poitrine de Joseph. Alors Nicodème pria son ami de prendre quelques rafraîchissements, et il mangea des dattes et du pain trempé de miel. Et Nicodème lui donna du vin à boire, après quoi Jésus fut grandement rafraîchi, et il se leva. C'est alors qu'il prit conscience des plaies dans ses mains et dans son côté. Mais le baume que Nicodème avait répandu sur elles, avait un effet apaisant et elles avaient déjà commencé à guérir. Après que les bandelettes de byssus aient été enlevées et le bandage de sa tête aussi, Joseph parla et dit : « Ce n'est pas un lieu où rester plus longtemps, car ici les ennemis pourraient facilement découvrir notre secret et nous trahir ».

Mais Jésus n'était pas encore assez fort pour marcher loin, donc il a été conduit à la maison appartenant à notre Ordre, qui est près du calvaire, dans le jardin qui appartient aussi à nos Frères. Un autre jeune Frère de notre Ordre a été envoyé immédiatement pour aider le novice qui avait gardé la tombe de Jésus, pour détruire chaque trace des bandelettes de byssus et les médicaments et les potions utilisés. Quand Jésus est arrivé à la maison de nos Frères, il était faible et fragile. Ses blessures avaient commencé à lui faire mal. Il fut si ému, qu'il considéra tout cela comme un miracle. « Dieu m'a permis de me lever », dit-il, « afin qu'il prouve par moi ce que j'ai enseigné, et je montrerai à mes disciples que je vis ». Et après un moment les deux jeunes gens qui étaient allés mettre la tombe en ordre, sont venu à la hâte en arrière et apportèrent le message que les amis de Jésus viendraient bientôt le voir. Et ils racontèrent comment ils avaient entendu un bruit, quand ils travaillaient dans la grotte, comme de beaucoup de gens qui venaient à la clôture qui entoure le jardin. De plus, lorsqu'ils sont sortis de la grotte, une femme est arrivée sur la route de Jérusalem, et quand elle vit que la pierre avait été roulée loin de la tombe, elle manifesta une grande peur. Elle pensa que quelque chose était arrivée au corps, et se précipita à Bethléem. Mais peu de temps après, d'autres femmes sont venues de Jérusalem et se sont approchées de la tombe. Elles étaient grandement étonnées, elles entrèrent dans la tombe, et l'une d'elles, en cherchant le corps à l'endroit où il était couché, aperçu notre Frère et, effrayée le désigna à ses compagnons. Quand l'autre Frère est venu, les femmes tombèrent sur leurs visages et pensèrent avoir vu des anges. Et les Frères leur parlaient comme il leur avait été ordonné à ceux du premier degré, et l'un d'eux dit aux femmes : « Jésus est ressuscité, ne le cherchez pas ici, dites à ses disciples qu'ils le trouveront en Galilée ». Et l'autre leur dit de rassembler les disciples et de les conduire en Galilée. Cela a été conçu par la sagesse de Joseph, car il ne voulait pas qu'ils cherchent Jésus à Jérusalem, pour sa sécurité.

Et les Frères sortirent de la caverne par l'entrée arrière, et remarquèrent que certaines des femmes se hâtaient sur la route de Béthanie, après quoi les jeunes Frères se précipitèrent à la maison pour nous raconter ce qui s'était passé. Ainsi, les amis esséniens prièrent Jésus de rester dissimulé, pour sa sécurité, et de retrouver ses forces. Mais Jésus était animé par un grand désir de prouver à ses amis qu'il vivait encore. Impulsé par ce désir, et se sentant rafraîchi et fortifié, il demanda des vêtements pour qu'il puisse aller parmi ses amis. Il a été immédiatement revêtu de l'habillement essénien, tel que nos Frères portent quand ils travaillent. Dans cette robe, il apparut comme un jardinier. Entre temps, les deux jeunes Frères étaient retournés à la tombe, car leur travail n'était pas encore terminé. Pendant qu'ils étaient là, ils virent revenir la même femme qui vint la première fois à la tombe, pendant ce temps, Jean et Pierre, avaient fait connaître aux disciples ce qui s'était passé. Cette femme, rentrant ainsi dans la tombe, crut que les deux novices étaient des anges gardant la tombe vide, et elle pleura. L'un des novices, de bonne humeur, d'une voix douce et apaisante, parla à la femme et lui demanda pourquoi elle pleurait. Cette femme était Marie, que Jésus avait aimé et avait été obligé de quitter en conformité avec les lois de notre sainte Fraternité. Et comme elle se lamentait que Jésus ne soit pas couché là où il avait été placé avant le Sabbat, Jésus se tenait derrière elle, dans les habits de jardinier. Animé par le désir de revoir ceux qu'il aimait, et de leur proclamer qu'il vivait encore, il avait négligé l'avis des Frères de demeurer caché, et en quittant la maison, il avait pris le chemin à travers le jardin vers la roche où la tombe avait été taillée.

Quand Marie le vit, elle crut que c'était le jardinier. Mais Jésus la connaissait, et se réjouissant d'être en vie, lui parla. Pourtant, dans son état fragile et souffrant, elle ne le connaissait pas. Mais, quand il s'écria : « Ô Marie ! », elle le reconnu et désira lui baiser les pieds et l'embrasser ensuite. Mais Jésus, sentant la douleur dans ses mains et sur son côté, craignit de l'embrasser de peur qu'elle ne le blesse. Il se détourna d'elle en s'approchant, et dit : « Ne me touches pas, quoique je vive encore, je vais bientôt aller vers mon Père qui est dans les cieux, car mon corps est devenu faible et bientôt sera dissous, pour que ma mort soit remplie ». Comme la femme s'agenouilla, et avec une grande excitation fixa ses yeux sur lui, Jésus entendit le bruit de pas qui s'approchaient, et prudent pour sa sûreté, se hâta de reculer, se plaçant derrière le mur du jardin non loin du jardin de nos amis. Et les deux jeunes qui étaient chargés de garder la tombe et qui avaient été chargés de déjouer les espions des ennemis qui cherchaient à trouver Jésus, avaient vu et entendu tout cela. Pendant ce temps, Joseph, Nicodème et les autres Frères étaient venus depuis la maison dans le jardin pour s'occuper de Jésus et prendre diligence qu'il n'était pas en péril à cause de sa grande faiblesse. Ce que Nicodème eut peur, car il avait vu que les plaies étaient plus enflammées, et que la chair où se trouvaient les cordes fortes était maintenant de couleur sombre.

Quand nous sommes arrivés à l'entrée du jardin, nous avons vu Jésus debout derrière le mur et appuyé contre lui comme s'il ne pouvait pas aller plus loin. C'est à peu près à cette époque que Jean se hâtant depuis la ville et, regardant dans la grotte, la trouva vacante. Car les deux jeunes gens s'étaient dirigés vers notre jardin par l'entrée secrète de la grotte. Pierre arriva aussi, et tous les deux cherchèrent ensemble dans la grotte des signes du corps. En entrant dans la partie intérieure de la grotte, ils trouvèrent les bandelettes où les novices les avaient jetées, quand ils avaient fui à l'arrivée de ces deux étranges personnes. Après une conversation sérieuse, les deux disciples s'en retournèrent précipitamment à la ville. Et Jésus avait lentement marché le long du mur jusqu'à ce qu'il ait atteint la petite porte qui s'ouvre sur la vallée du mont Gihon. Là, il écouta la conversation de quelques femmes à l'extérieur du mur. Quand il sortit et que les femmes le virent, elles crurent voir une apparition. Mais Jésus leur parla pour qu'elles sachent que c'était bien lui. Dans la mesure où le jeune homme dans le jardin avait dit aux femmes qu'en Galilée, elles le verraient, l'une d'elles se souvint de lui et lui dit : « Seigneur, obéirons-nous à l'œuvre de l'ange et nous verrons-nous en Galilée ? ». Cette question étonna Jésus, car il ne savait pas que les Frères avaient demandé au novice de parler de cette partie du pays. Mais, après réflexion, il lui répondit : « Oui, informe mes amis et dit leur que je vais en Galilée et là vous me verrez ». Sa faiblesse augmentant, il a souhaité être laissé seul, et les femmes sont parties. Et c'est alors que nous, ses protecteurs secrets, nous sommes allés à lui et l'avons conduit à la maison pour qu'il repose et se rafraîchisse. Nicodème lia encore ses blessures, lui donna un breuvage médical, et l'exhorta à rester calme. Mais Jésus ne craignait pas la mort, et il était ferme d'esprit.

Néanmoins, sa force avait disparu, et bientôt il tomba dans un profond sommeil, sur quoi Joseph, Nicodème et les Frères conversèrent ensemble comment ils pouvaient prendre soin de sa sûreté. Ils envoyèrent donc en ville quelques-uns des Frères, pour qu'ils apprennent les rumeurs sur Jésus parmi le peuple. Et étrangement, en ville, les rumeurs racontaient plusieurs miracles. Les gardes en fuite, essayant de dissimuler leur lâcheté, avaient fait circuler des rumeurs d'événements terribles qui s'étaient produits, et d'esprits qui avaient éclaté la tombe. Et le grand-prêtre avait été informé de ces choses, et il ne savait pas quoi en penser. Il craignait que le miracle n'éveillât le peuple, car les femmes, et même les hommes, avaient été trop excités pour le garder en secret, et le peuple était déjà occupé à discuter du sujet. Caïphe donna donc de l'argent aux gardes pour qu'ils rapportent que ses amis avaient volé le cadavre pour pouvoir dire qu'il était ressuscité, et ainsi illusionner le peuple. Et tout le jour, Jésus est resté dans son sommeil profond, et ainsi a été rempli de vie renouvelée. Le soir, il s'éveilla. Ses blessures étaient maintenant moins douloureuses, dans la mesure où le baume, appliqué par Nicodème, avait produit un effet apaisant. Il était en bon esprit et, avec un cœur reconnaissant, il vit que ses amis veillaient sur lui. Sans aide, il se leva de sa couche et, affamé, demanda à manger. S'étant réconforté, il dit : « Maintenant que je suis de nouveau fort, il m'appartient de ne plus resté caché ».

Joseph lui répondit et dit : « La Fraternité est père et mère pour toi, maintenant selon sa promesse à toi, et c'est donc le devoir de la Fraternité de te protéger ». Jésus dit : « Je ne crains pas la mort, car je l'ai accomplie, et les ennemis reconnaîtront que Dieu m'a sauvé, et ne veut pas que je meure éternellement ». Puis l'un des aînés de la Fraternité dit : « Tu n'es pas en sécurité dans ce pays, car ils te chercheront. Ne t'en va donc plus parmi le peuple pour enseigner, car ce que tu as enseigné vivra parmi tes amis à jamais, et tes disciples le publieront au monde. Reste, je te prie, mort pour le monde. La Fraternité t'a ramené à la vie par ses secrets, vit donc désormais pour notre saint Ordre auquel tu es lié. Vit dans l'isolement de la Sagesse et de la Vertu, inconnus du monde. Nous enseignerons et aiderons secrètement les disciples parmi le peuple, et ils recevront encouragements et aides de la sainte Fraternité. Et si le temps vient où tu iras de nouveau parmi le peuple, nous t'enverrons pour te l'indiquer ». Mais Jésus dans l'ardeur de son enthousiasme sacré, dit : « La voix de Dieu est plus puissante en moi que n'est la peur de la mort. Je verrai mes disciples une fois de plus, et je me rendrai en Galilée ». Alors l'aîné dit : « C'est ainsi, que Dieu t'a appelé, mais il convient aux hommes d'être sages et prudents dans les bonnes choses. Par conséquent, quelques-uns de nos Frères iront avec toi, et te protégeront par la puissance de nos liens en Galilée ».

Mais Nicodème n'approuvait pas ce voyage, car il savait que le corps de Jésus était affaibli, bien que son âme soit forte dans son courage. Et le médecin fidèle le supplia donc de ne pas y aller, de peur qu'il ne rendît impossible sa guérison, mais Jésus lui répondit : « Que soit accompli ce qui doit être ». Et Joseph se réjouissait beaucoup de l'esprit de Jésus, et croyait plus que jamais en ses grandes promesses. Quand le soir fut venu, Jésus se mit en route, et voulut aller seul. Il faisait froid, les Frères lui donnèrent un manteau chaud dans lequel il s'enveloppa pour que les officiers de la ville ne le reconnaissent pas. Les Frères l'ont exhorté à ne s'arrêter qu'avec les amis esséniens, et à cause de la fête, de ne pas voyager sur la grand-route. Par conséquent, Jésus a été persuadé d'aller par le chemin de Béthanie et la montagne d'Ephraïm, où des frontières de Samarie sur la haute Galilée vers le nord. Quand Jésus fut parti, les Frères bénirent son entreprise, mais avisés par Joseph, ils envoyèrent un novice pour le suivre secrètement, et sur le chemin, informer les amis esséniens. De tout ce qui est arrivé, nos amis nous ont tenus pleinement informés. Pendant que Jésus voyageait sur la route d'Emmaüs, à quelques heures de là, son âme était remplie d'inspirations sur sa nouvelle vie, et il parlait à haute voix, afin que notre messager entende que c'était des prophéties de Daniel dont il parlait. Deux hommes parcouraient la même route de Jérusalem, et comme ils marchaient plus vite que Jésus, ils l'atteignirent bientôt. Jésus leur dit : « Que la paix soit avec vous ». Au début, il les croyait amis esséniens, mais bientôt il les reconnut comme deux de ses amis du peuple, qui l'entendirent souvent enseigner. Ils n'accordaient aucune attention au paisible voyageur. Mais il les entendit parler de sa mort et du désespoir profond de ses disciples.

Et de leurs mots, il concevait que sa doctrine et ses enseignements risquaient d'être détruits et perdus, à cause du désespoir de ses amis, qui n'avaient pas de chef pour les empêcher d'être éparpillés. Lorsqu'un de ces voyageurs se plaignait que la prophétie n'avait pas été remplie, et que Jésus n'avait pas ressuscité d'entre les morts, Jésus parla avec ardeur, et les deux disciples s'intéressèrent beaucoup à ce qu'il disait, car il leur semblait qu'ils avaient entendu les mêmes enseignements avant. Au lieu de leur voyage où les deux disciples s'arrêtèrent, ils retinrent Jésus quand il voulut aller plus loin seul dans la nuit. Et à la fête commune de l'amour, dans la maison où ils s'étaient arrêtés, les deux disciples reconnurent Jésus, mais il ne voulait pas être reconnu dans ce lieu. Inaperçu, il passa donc la porte et se rendit à la maison des amis esséniens auxquels il avait été recommandé. Pendant ce temps, les deux disciples revinrent à Jérusalem pour apporter à leurs amis la nouvelle du ressuscité. Ils y trouvèrent Pierre, et avec lui Jean. Mais les amis esséniens se réunirent et délibérèrent de ce qu'ils allaient faire. Il y avait aussi avec eux le jeune que notre Ordre avait envoyée pour suivre Jésus. Et Jésus conçut qu'il devait immédiatement retourner à Jérusalem pour ranimer l'espoir de ses amis et corriger le rapport donné par les deux disciples, qui étaient retournés si vivement à Jérusalem. Les amis esséniens lui donnèrent une bête de somme qu'il pourrait monter et ainsi voyager plus aisément, et le novice que nous avions envoyé l'accompagnait et marchait à côté de l'animal. Et il arriva que, peu de temps après l'arrivée des disciples, Jésus vint à la maison bien connue où nos amis se retrouvaient.

Jésus donna le signe par lequel le barreau tomba de la porte par la main du portier, car les disciples étaient alors en conseil secret. Quand Jésus entendit comment ses disciples parlaient de sa résurrection et considéraient si cela était possible, il entra tout à coup parmi eux, et comme au premier abord ils ne le connaissaient pas, ils étaient alarmés, ne sachant pas que la porte avait été ouverte. Mais Jésus leur parla, les réconforta, et leur prouva qu'il était vraiment chair et os. Alors ils l'entouraient joyeusement, lui touchaient les mains, et Jésus se penchait sur la poitrine de Jean, fatigué par la fatigue du voyage. Après s'être reposé, Jésus leur prouva plus pleinement encore qu'il vivait encore, comme les autres, en demandant de la nourriture. Dans la mesure où les amis avaient déjà mangé, il y avait du pain, du miel et du poisson dont il mangea et se rafraîchit. Là-dessus, il les exhorta à accomplir le travail qu'il avait entrepris et ne pas abandonner, mais être de bonne humeur. Et il les bénit et leur dit qu'il ne pouvait leur révéler où il devait aller, et qu'il allait seul, mais que quand ils le voudraient, il viendrait vers eux, car il avait encore beaucoup à leur dire. A l'extérieur, le novice attendait avec l'animal, et quand Jésus sortit, il ordonna au novice de le conduire à la demeure tranquille des esséniens. Mais un autre jeune essénien était venu prendre de ses nouvelles à Jérusalem, et les deux portaient maintenant Jésus entre eux alors qu'il était encore fragile et faible de par la fatigue qu'il avait endurée pendant son voyage.

Après beaucoup d'efforts et beaucoup de difficultés, à la nuit tombée, ils l'amenèrent à la Fraternité, à la maison de l'aîné, qui se trouve à quelques stades de Jérusalem et à proximité du Mont des Oliviers. Ici Jésus a été placé sur un lit de mousse douce, où il est bientôt tombé dans un profond sommeil. Et les jeunes esséniens se hâtèrent auprès de Joseph, Nicodème et des autres amis esséniens, de leur dire ce qui s'était passé. Avant le lever du jour, un conseil fut tenu pour protéger davantage Jésus, qui était revenu à Jérusalem si ouvertement, pour le bénéfice du Saint-Esprit, afin qu'il fortifie ses disciples dans leur travail. Et d'un commun accord, ils déterminèrent qu'il ne fallait pas perdre de temps, les prêtres de la ville ayant leurs espions secrets qui essayaient même de piéger ses disciples. Il fut convenu qu'il devait immédiatement partir pour ne pas être découvert, et qu'il devait retourner dans la paisible vallée non loin de Jutha et du château de Massada, où il y a un pays sauvage et montagneux. Jésus y avait vécu, avec Jean le médecin, avec qui, il a été admis au saint Ordre de nos Frères. Celle-ci était aussi considérée comme sûre par les esséniens qui vivaient là. Alors qu'ils étaient encore au conseil, Jésus s'éveilla de son sommeil revigorant, et s'émerveilla grandement de voir qu'il était entouré de ses Frères. Mais Joseph et Nicodème lui demandèrent de se sauver lui-même, et de ne plus se permettre de tomber au pouvoir des prêtres. Joseph lui dit même qu'il était venu à lui, que Caïphe avait fixé ses soupçons sur lui, et qu'avec les galiléens, il fomentait un complot secret pour renverser l'état actuel des choses, et que Caïphe lui demanderait une explication : pourquoi il avait mis Jésus dans sa propre tombe.

« Il avait même soupçonné Pilate de s'être secrètement arrangé avec moi, parce qu'il m'avait donné à moi le cadavre supposé sans recevoir de paiement en échange ». Et comme Joseph persuada Jésus, avec beaucoup d'ardeur, de se conformer à ses souhaits, et comme tous les aînés le supportaient, Jésus lui répondit : « Qu'il en soit ainsi, mais je vous conjure d'encourager mes disciples, de les aider et de les protéger, et de leur dire qu'ils n'aient pas de doutes, car je suis avec eux encore dans le corps et dans l'esprit ». Et Joseph le supplia de se reposer encore, comme Nicodème avait craint que l'excitation et l'enthousiasme de Jésus ne mette en danger et ne secoure pas son corps martyrisé. Car même si les plaies de ses mains commençaient à guérir, et que la blessure de son côté n'émettait plus d'humeur, son corps était encore faible et facilement affecté par l'excitation de son esprit. Mais après avoir dormi, il se sentit rafraîchi. Après plus de considération, Jésus dit : « Si mes disciples ne sont pas convaincus que je suis réellement vivant, et si je ne vais pas parmi eux, ils me croiront une apparition et une illusion de leur imagination ». Joseph lui répondit : « Avançons Jean aux degrés supérieurs de notre Ordre, afin qu'il soit convaincu de ta vie et qu'il exécute tes instructions, et informe les autres disciples à ton sujet ». Les anciens des Frères ne voulaient pas que Jean soit admis dans tous les secrets, dans la mesure où il était encore au plus bas degré, et ils craignaient que dans son ardeur il puisse informer les autres que Jésus était ici. Pendant qu'ils étaient encore en conseil, un novice de notre Ordre qui avait été envoyé à la ville, arriva.

Il rapporta que Jean, avec ses amis, s'étaient hâtés à Béthanie pour réconforter les femmes de la maison de Lazare et leur annoncer que Jésus était encore vivant. Et Jean s'était étonné que Jésus ne lui ait pas ordonné d'aller en Galilée, comme il l'avait ordonné aux femmes. Il ne pensait donc pas que c'était l'intention de son Maître, et que les disciples devaient attendre les événements à venir. Et Jésus resta tout ce jour-là avec les amis esséniens, mais à la nuit tombée, nous sommes tous partis par la route secrète, Joseph, Nicodème et les anciens de l'Ordre. Et ayant passés la vallée d'Éphraïm, nous arrivâmes à Massada au point du jour. Et suivant un chemin étroit connu seulement des esséniens, nous arrivâmes enfin chez les Frères de cette vallée sauvage. C'est ici, que l'aîné avait prévu pour Jésus. Et quand Joseph et nous autres allions partir, Jésus nous a donné sa parole qu'il resterait là jusqu'à ce que le Père l'appelle pour accomplir sa mission. Et chaque jour les Frères nous ont envoyé un messager pour nous informer de la santé de notre bien-aimé Frère. Et on nous dit que Jésus s'était reposé un certain nombre de jours, mais que son cœur était triste et gravement affligé de pensées mélancoliques. C'était la même vallée où il avait erré avec Jean, son compagnon bien-aimé, et avec qui il avait été initié dans notre Ordre. Jésus méditait sur ce Jean qui, en tant que médecin, avait fondé une école et avait baptisé, et avait été tué par les ennemis, et qu'il avait été sauvé par la main de Dieu, en quoi il voyait le commandement de Dieu qu'il ne devrait pas se reposer, en ce que son corps lui avait été rendu pour quelque but.

Par cette pensée son esprit était oppressé et surmené, et comme il était venu à l'endroit où lui et Jean avaient solennellement juré qu'ils mourraient pour la Vérité et la Vertu, il sentait qu'il était appelé à suivre la mission de la cause pour laquelle son ami était mort. Et Jésus allait tous les jours à ce lieu béni, et rafraîchissait son corps, voyant les splendeurs de la nature. Et il choisit un endroit d'où il pouvait voir la haute tour de Massada vers l'ouest, protégé du soleil du matin et du midi par de hautes montagnes, tandis que de l'autre côté la vue était dégagée et il pouvait voir loin sur un pays ouvert vers la mer et la vallée de Sittim. Mais l'aîné de la Fraternité ne le laissa pas seul, dans la mesure où il avait observé que Jésus était plongé dans une profonde rêverie, et que le désir d'être parmi ses disciples allait surpasser tous les intérêts pour sa propre sécurité. Vers cette époque, il arriva que les Frères de la Fraternité à Jérusalem se souvenaient de la promesse qu'ils avaient faite à Jésus de protéger ses disciples et de les fortifier dans leur croyance en la résurrection de leur Maître. Il leur était venu que tous les disciples n'étaient pas convaincus de la résurrection de leur Maître. Et l'un d'eux qui doutait était Thomas, un penseur profond, qui avait reçu son éducation des Frères esséniens. De ce fait, il possédait une profonde connaissance des pouvoirs secrets et des processus de la nature. Selon les lois de la nature, il expliquait toutes les choses qui s'étaient passées, et il croyait qu'il n'y avait pas de miracle car, en tant qu'essénien, il s'était élevé au-dessus de la superstition. Jésus se fiait à lui et lui confia sa mission, et Thomas croyait en lui et voyait que sa mission était de la plus grande importance.

Ce que Jésus voyait en Thomas, était un homme à la vision claire et la raison forte, l'excitation et la passion lui étant inconnues, et avec patience et grande persévérance, il essayait toutes choses avant que son esprit soit convaincu. Et quand les disciples se réunirent dans leur lieu de rencontre secret, Thomas était avec eux, et il raisonnait avec eux, ne croyant pas qu'un homme pouvait se relever de la tombe. Mais Jean avait vu et ressenti Jésus quand il le tenait sur sa poitrine. Néanmoins, Thomas n'était pas convaincu, même s'il croyait aux prédictions des prophètes et qu'elles seraient certainement accomplies. Car, chers Frères, les juifs espéraient voir le Messie venir de la manière qu'Élie l'avait proclamée. Et comme notre Fraternité avait promis de rendre compte de tout, surtout que les disciples eux-mêmes n'étaient pas d'accord, il était à craindre que dans leur ardeur la bonne cause diminuerait. Nous envoyâmes donc deux jeunes gens dans la vallée de Massada, afin d'informer les Frères qu'ils devaient se réunir avec Jésus. Quand Jésus entendit ces choses, son cœur fut rempli d'un grand désir de quitter la solitude et de se montrer encore une fois à ses disciples. Et le messager avait rapporté que Thomas ne croirait pas que Jésus était encore vivant, à moins qu'il ne sente ses mains et la blessure à son côté. Jésus ne pouvait pas contenir plus longtemps son désir, et même l'aîné lui conseilla d'aller les convaincre. Cela arriva le septième jour après que Jésus eut été caché. Il arriva donc que nos Frères allèrent avec Jésus. Et le huitième jour, quand les disciples étaient ensemble à Jérusalem, Jésus vint parmi eux, et Thomas fut convaincu.

Ayant accompli ceci, Jésus parla à ses disciples et les avertis, pour leur propre bien, qu'ils n'étaient pas en sécurité. Il les exhorta aussi à la Foi et à être en accord. Mais il ne pouvait pas leur dire quand et où le rencontrer en Galilée, dans la mesure où il devait d'abord y réfléchir. Après cela, il se sépara d'eux sur le soir, et Jean alla avec lui. Et à l'extérieur de la maison, il y avait un jeune essénien qui voulait s'engager au service de Jésus. Et Jésus l'envoya dire qu'il était à Béthanie. Là-dessus Jésus a traversé le Kidron avec Jean comme compagnon. La nuit était belle et claire, et la lune rayonnait sur l'endroit. A Gethsémani, Jésus se reposa près du mur et parla avec Jean de son martyre et de ses souffrances. Ayant reçu des informations de ses disciples, il envoya Jean à la maison de Lazare, à Béthanie, afin qu'il annonce sa venue et apprenne s'il pouvait être en sécurité. Immédiatement après, Jésus est allé à la maison pour voir sa mère et ses amis. Après avoir remercié Dieu qu'on leur permît une fois de plus de se voir, ils mangèrent et se rafraîchirent ensemble. Le lendemain, il resta avec eux, les réconforta et les exhorta à croire en la Vérité. Il les mit en garde de leurs fausses espérances, en ce qu'ils étaient venus à penser qu'il pourrait toujours rester avec eux. Il leur dit que c'était maintenant l'heure qu'il devait s'en aller, comme la nuit était proche. Il leur dit qu'il se hâterait vers la Galilée, là pour fortifier ses disciples afin qu'ils persévèrent dans la bonne voie. Mais pendant que Jésus était à Béthanie, des dangers le menaçaient. Caïphe, le grand prêtre, avait appris que Jésus avait été vu à Jérusalem.

Et il avait répandu la rumeur que les disciples avaient volé le corps de Jésus et avait inventé une histoire miraculeuse. Mais il y avait beaucoup parmi le peuple dans la ville qui croyaient que Jésus était ressuscité par la main de Dieu, et ceux-ci ont commencé à se plaindre de l'injustice qui lui avait été faite, et de croire ses doctrines. Et le grand prêtre craignait une révolution parmi le peuple, et que les galiléens aient l'intention de renverser le gouvernement et d'établir un nouveau dirigeant. Il était donc soupçonneux et vigilant. Dans la soirée du même jour, Nicodème vint à notre Fraternité et nous apporta l'information que Joseph d'Arimathie avait été arrêté, et qu'ils lui attribuaient faussement des fins criminelles, en ce qu'il était en secrète association avec Jésus. Sur quoi une grande anxiété surgit parmi nos Frères, car nous craignions que Jésus aussi fût arrêté, puisqu'il n'avait été vu par aucun d'entre nous depuis le soir où il avait convaincu Thomas. Nos anciens se réunirent alors en conseil où il fut convenu que nous devrions chercher Jésus, et faire tous les efforts pour libérer Joseph. Deux de nos Frères ont été chargés de revêtir leur costume blanc de fête et de chercher Jésus à Béthanie, comme Jésus avait informé le jeune essénien qu'il allait y aller. Et comme ils arrivaient à Béthanie dans la soirée, et au clair de lune, ils aperçurent la maison de Lazare, non loin de là, ils rencontrèrent un homme sur la route secrète qui scrutait attentivement la route. Mais les esséniens le connaissaient, et ils lui demandèrent si Jésus était chez lui. Car c'était Lazare, et ayant reconnu nos Frères, il avoua que c'était bien ainsi, et que Jésus voulait cette nuit même aller à Béthanie, et donc il examinait la route secrète pour voir si elle était sûre.

 Les Frères ont été conduits dans la maison. Là, dans une petite pièce isolée, ils parlèrent avec Jésus. Et lorsque les Frères lui eurent raconté l'arrestation et le danger que courait Joseph, Jésus sollicita la protection de l'Ordre, pria Dieu, et envoya ensuite Jean à Jérusalem pour avertir ses disciples du danger. Ayant pris congé des femmes, nous fûmes accompagnés par Lazare jusqu'à Gilgad. De là, il alla plus loin seul dans la nuit, et au petit matin, il était arrivé au Jourdain, au lieu où par Jean, il fut baptisé par l'Ordre. Notre sainte Fraternité à Jérusalem planifiait maintenant comment libérer Joseph, pour ce faire nous étions en possession de nombreux moyens secrets. Et Jean avait averti ses amis, les disciples, comme il lui avait été ordonné. Et le lendemain matin, ils allèrent en grand nombre jusqu'à la frontière de la Galilée. Arrivés là, ils se demandèrent l'un l'autre : « Où irons-nous ? Notre Maître n'a point fixé ni temps ni lieu ». Et ils ont pensé à leurs maisons dont ils avaient si longtemps été séparés, et comment ils envisageaient de chercher Jésus à Nazareth ou à Capharnaüm. Pierre dit : « Prenons notre subsistance, et ne soyons pas oisifs, mais travaillons jusqu'à ce que le Maître nous appelle à un travail plus élevé. Après avoir entendu ce que Pierre avait dit, ils résolurent de reprendre leurs anciens métiers, et Pierre se rendit à Bethsaïde où quelques autres étaient arrivés depuis plusieurs jours pour l'aider et recevoir son conseil. Et Pierre était un habile pêcheur, et il invitait les autres à aller avec lui à la mer dans la soirée. Jésus voyageait chaque jour, mais d'une courte distance, et en chemin, s'arrêtait seulement avec les amis esséniens qui vivaient dans les vallées.

Et ces Frères ont été bien informés par la Fraternité de Jérusalem, de tout ce qui nous était arrivé, et par eux Jésus apprit que Joseph avait été libéré de prison et était sur le chemin pour le rencontrer. Et quand Jésus déclara qu'il irait en Galilée dans les lieux où il avait été connu auparavant, les amis esséniens le supplièrent de ne pas le faire et expliquèrent les nombreux dangers qui l'environnaient. Et Jésus les écouta et réfléchit quant au lieu où il rencontrerait ses disciples. Et il choisit un lieu sûr et solitaire, où il n'était pas connu et où il y avait une opportunité pour ses disciples de demeurer. Mais les amis esséniens avaient été conseillés par l'aîné de la Fraternité à Jérusalem de choisir un lieu de rencontre de la vallée solitaire au pied du mont Carmel, car le pays est beau, et il y a beaucoup d'esséniens. Les vallées abondent en herbes puissantes, et les odeurs qu'elles donnent sont salutaires au vagabond. De ce lieu, notre Fraternité a reçu les herbes que ses médecins utilisent dans les médicaments. L'eau claire coule étincelante des rochers. Ces rochers contiennent de nombreuses cavernes dans lesquelles habitent ceux qui cherchent la solitude. Et lorsque les Frères esséniens conseillèrent à Jésus de se rendre dans ce pays, il se souvint que les prophètes d'autrefois avaient vécu dans les mêmes lieux, Élie ainsi qu'Élisée. Et c'est ainsi que son esprit fut préparé pour y aller, car il pouvait enseigner à ses disciples sans craindre que ses ennemis ne trouvent sa demeure, car dans le pays ils ne vivaient que des membres de notre Ordre, nos Frères.

Mais Jésus voulut qu'aucun des Frères ne l'accompagnent, et il se rendit seul à Bethsaïde, pour y rester avec Simon, qui était un de ses disciples. Arrivé au petit matin au bord de la mer de Galilée, il y trouva une hutte que Pierre avait construite pour sa convenance dans la poursuite de son commerce. Et il y trouva Pierre, et avec lui Jean, et ils pêchaient. Ici, Jésus se rafraîchit, partageant avec eux la fête de l'amour. Ici, il apprit que tous les disciples avaient accepté de se réunir à Bethsaïde pour qu'ils puissent discuter ensemble de ce qu'ils devaient faire. Mais Jésus les appela au mont Carmel, comme il avait promis aux esséniens. Et le soir du lendemain, Jésus poursuivit de nouveau son voyage. S'étant reposé et rafraîchi quelques jours au pied du mont Carmel, Jésus était prêt à enseigner à nouveau. Ici venaient ses disciples, apportant avec eux beaucoup de leurs suivants, car ici, dans cette vallée solitaire, ils étaient à l'abri du danger, et le récit de la résurrection de Jésus avait suscité une grande excitation en Galilée. Mais beaucoup de ceux qui sont venus étaient seulement par l'esprit de merveille. Ils étaient donc venus voir Jésus faire des prodiges et accomplir des miracles. D'autres espéraient la venue du nouveau royaume du Messie et la délivrance des juifs des romains. Jésus était profondément affligé dans son cœur par ces interprétations de sa mission, car souvent il avait parlé de ces choses, en disant à ses disciples qu’il n'était pas humble que le fils de Dieu fût vêtu de pouvoir et splendeur temporels.

Mais les Frères esséniens comprenaient, et ne partageaient pas ces erreurs, car ils savaient bien que selon les lois de l'Ordre qu'ils avaient juré de garder, nos Frères ne pouvaient prendre aucune part aux questions d'état, ni aspirer au pouvoir temporel. Et le peuple, désirant beaucoup voir Jésus, fut informé par les disciples que la rencontre aurait lieu tôt le matin. Jésus descendit du sommet de la montagne, où le brouillard prit la couleur rougeâtre du soleil. Et parce qu'il portait la robe blanche de l'Ordre des esséniens, le peuple le croyait être un être surnaturel, et ils se jetèrent, le visage tourné vers le sol. Et beaucoup de gens furent terrifiés, et s'éloignèrent de son chemin. Et Jésus parla à haute voix, disant qu'il n'était pas venu pour fonder une école, mais le royaume de Dieu sur la Terre, par la Sagesse et la Vertu. Et il institua le baptême et révéla à ses disciples la connaissance qu'il avait appris des anciens, comment guérir les malades, déterminer les vertus des minéraux, des herbes et des médicaments, rendre inoffensifs les bêtes sauvages, contrecarrer les effets dévastateurs du poison et bien d'autres choses. Et les disciples et les gens qui étaient venus avec eux, sont restés plusieurs jours dans la vallée, et Jésus leur a enseigné comment ils devraient vivre et prêcher la doctrine en son nom. Mais les Frères esséniens furent informés par l'aîné de la Fraternité de Jérusalem, que les messagers secrets des prêtres et du Grand Conseil avaient été informés de l'excitation en Galilée, et que beaucoup de gens s'étaient rendus dans la vallée du mont Carmel.

Et les Frères ont averti Jésus du danger, afin qu'il puisse éviter ses ennemis et remplir ainsi sa mission. Car ils avaient été informés secrètement que Caïphe avait l'intention d'arrêter et d'assassiner Jésus dans la mesure où il le croyait trompeur. Jésus renvoya alors ses auditeurs et leur dit que s'ils voulaient lui parler par la suite, ils devaient aller à Béthabara, où il les attendrait. Ayant beaucoup parlé aux gens et enseigné, il était fatigué et avait besoin de repos. Et le temps est venu pour les esséniens de prendre part à leur fête d'amour. Et tous les Frères de la vallée se rassemblèrent dans la maison où Jésus habitait. Joseph d'Arimathie et Nicodème et nous, les anciens de la Fraternité de Jérusalem, sommes partis avec lui. Mais Jésus était encore faible de ses souffrances, et sa grande joie de revoir ses amis bien-aimés, Joseph et Nicodème, lui causait une grande excitation. Et il parla beaucoup concernant sa mort. « Ne vous méprenez pas si je n'ai pas toujours vécu selon les règles de notre Fraternité, car si j'avais travaillé en secret, comme vous l'avez fait, la Vérité ne serait pas connue des multitudes. Même en public, l'érudit peut pratiquer la Sagesse, la Vertu choisie ». Et Jésus exhorta les Frères à mettre de côté leur secret et à aller de l'avant avec le peuple, et à s'unir avec ses disciples pour enseigner avec eux. Frères, et je trouve maintenant beaucoup d'entre eux témoins pour Jésus, et ils ont quitté leur solitude.

Et Joseph parla à Jésus en disant : « Saches que les gens qui ne comprennent pas ta doctrine, réfléchissent à te proclamer roi du Monde, pour renverser les romains. Mais tu ne dois pas troubler le royaume de Dieu par la guerre et la révolution. Choisis donc la solitude. Vit avec les amis esséniens et soit en sécurité, afin que ta doctrine soit proclamée par tes disciples ». Mais les anciens de la Fraternité réfléchissaient que ce serait la cause d’un grand émoi parmi le peuple, si Jésus venait ainsi à disparaître comme le soleil dans la soirée, et ne pas réapparaître. Mais Jésus craignait que les œuvres de Joseph ne se révèlent vraies, et il ne souffrirait pas que le sang coule pour lui, ou que la révolution cause la destruction, et il consentit à aller dans la solitude, son corps étant très faible. Et avec Joseph et Nicodème, il est allé à Béthanie. En chemin, ils conversèrent ensemble concernant les secrets de la Fraternité, et Jésus souhaitait prendre congé de ses amis à Béthanie, et retourner au pays désolé près de la Mer Morte. Et à Béthanie, il a réconforté sa mère, ainsi que les autres amis de Lazare, et leur a expliqué que selon sa doctrine, il était toujours avec eux et resterait avec eux. Mais la connaissance que Jésus était dans le voisinage de Jérusalem est venue bientôt à tous ses disciples, et beaucoup se sont réunis et ont été dirigés à se rendre à un endroit secret à un temps fixé. Jésus allait maintenant ça et là. Et ici, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, et comme elles ont manifesté leur conviction que Jésus établirait un royaume terrestre et libérerait le peuple de la Terre du joug des romains, il les instruisit et leur enseigna que cela ne se passerait pas. Mais Jésus perçut qu'il était opportun de retourner dans la solitude, que le peuple ne croirait plus que son royaume était de ce monde, mais qu'il croirait en ses paroles et en sa doctrine comme la parole de Dieu. Ce jour-là, il arriva que Jésus alla à Jérusalem, et ses disciples de confiance sont allés avec lui.

Mais le Haut Conseil avait déjà envoyé de nombreux messagers secrets pour faire circuler de fausses rumeurs et capturer Jésus. Mais Jésus a été averti et protégé par les Frères esséniens. Il était fragile et faible. Ses blessures recommencèrent à lui faire mal et son visage pâlit. Quand Jésus entra dans la ville avec Pierre et Jean, ses amis le conduisirent dans une maison solitaire. Il y appela les anciens de l'Ordre essénien. Il leur dit que son temps de retraite était proche, et leur dit de l'attendre au Mont des Oliviers et de l'accompagner ensuite au lieu de solitude. Puis il rassembla ses disciples, et traversa la ville, et sortit par la porte qui conduit à la vallée de Josaphat. Et son âme était grandement émue, et son cœur rempli de tristesse, car il savait que ce serait sa dernière marche. Arrivé à Kidron, il s'attarda un moment et versa des larmes sur Jérusalem. De là, il s'avança en silence, et ses disciples le suivirent. Et Jésus les conduisit à la place la plus chère pour lui, près du sommet du Mont des Oliviers, où l'on peut voir presque toute la terre de Palestine, car Jésus désirait une fois de plus voir le pays où il avait vécu et travaillé. Vers l'Est on voyait le Jourdain, la Mer Morte et les Monts Arabes, et à l'ouest brillaient les feux de la roche du Temple, mais de l'autre côté de la montagne était Béthanie. Et les disciples choisis, croyaient que Jésus voulait les conduire à Béthanie. Mais les anciens de la Fraternité s'étaient réunis en silence de l'autre côté de la montagne, prêts à voyager, en attendant Jésus comme convenu. Et il exhorta ses disciples à être de bonne humeur et ferme dans leur foi. En parlant, sa voix devenait de plus en plus mélancolique, et son esprit était absorbé dans un transport solennel. Il priait pour les amis qu'il allait quitter et, levant les bras, il les bénit.

Et le brouillard s'éleva autour de la montagne, teinté par le soleil descendant. Alors les anciens de la Fraternité envoyèrent dire à Jésus qu'ils attendaient, et qu'il était déjà tard. Alors que les disciples s'agenouillaient, leurs visages tournés vers le sol, Jésus se leva et se hâta de s'éloigner dans la brume. Quand les disciples se levèrent, ils se tenaient debout devant eux deux de nos Frères dans la tenue blanche de la Fraternité, et ils leur dirent de ne pas attendre Jésus, comme il était parti, et ils se hâtèrent de descendre la montagne. Mais la disparition de Jésus remplissait ses disciples d'un nouvel espoir et d'une nouvelle confiance, car ils savaient maintenant qu'ils devaient proclamer la parole de Jésus, car lui, leur bien-aimé, ne reviendrait plus. Par conséquent fidèlement, ils se tenaient ensemble et quotidiennement, allaient au Temple et aux lieux où il leur avait enseigné, et les ennemis n'osaient pas les molester. Mais dans la ville se leva une rumeur selon laquelle Jésus avait été pris dans une nuée et était allé au ciel. Cela a été inventé par les gens qui n'étaient pas présents quand Jésus est parti. Les disciples ne contredisaient pas cette rumeur, dans la mesure où elle servait à renforcer leur doctrine et à influencer les gens qui voulaient un miracle pour croire en lui. Jean, qui était présent, savait toutes ces choses, mais il n'avait ni parlé ni écrit quoi que ce soit. De même Matthieu. Il y en a d'autres qui ont rassemblé les rumeurs en une illustration qu'ils croyaient eux-mêmes, qui était motivée par l'idée de glorifier Jésus. Ainsi, l'un d'eux nommé Marcus a écrit à une congrégation à Rome et a rendu compte de cet événement, mais dans la mesure où il n'avait pas été présent, sa source d'information n'était que les rumeurs parmi le peuple.

Ainsi même avec Luc, qui a essayé de faire la même chose. Mais les disciples ont été conseillés par les Frères esséniens d'assumer les coutumes et les mœurs des esséniens pour l'unanimité. C'est pourquoi ils ont formé une société où même les femmes ont pris une partie officieuse, en particulier Marie et ses amis de Galilée. Mais Jésus a été accompagné sur son chemin par les anciens de la Fraternité, de même par Joseph et Nicodème, et durant la nuit, ils ont obtenu une bête de fardeau pour Jésus, qui devenait plus faible. Son esprit était grandement ému de quitter ses amis, et il sentait que sa mort viendrait bientôt. Quand, à la fin de leur voyage, ils furent venus aux Frères esséniens par la Mer Morte, Jésus était dans une souffrance profonde, de sorte que seuls les médecins pourraient prendre soin de lui. Joseph et Nicodème restèrent avec lui, et après avoir entendu ses désirs dans de longues conversations, ils se retirèrent, promettant de l'informer minutieusement des affaires de la Congrégation à Jérusalem. Mais à Jérusalem, personne, sauf Jean et Matthieu, savaient que Jésus était retourné à la solitude de l'Ordre, afin que le peuple ne le proclame pas son roi terrestre. Mais Joseph et Nicodème avaient été trois fois avec lui au lieu où il se cachait. Et à chaque retour, ils nous informaient de son état. Mais son corps n'était pas assez vigoureux pour surmonter les souffrances qu'il avait endurées faute de repos. Son âme aspirait à ses disciples, et il était inquiet que rien ne soit négligé.

Son esprit agité ne trouva aucune consolation dans la solitude, et l'anxiété consuma ses pouvoirs vitaux. Mais Joseph et Nicodème avaient été avec lui la dernière fois que la sixième lune pleine était en déclin, et ils sont venus à notre Fraternité pendant que nous nous préparions à la fête de l'amour, et révélèrent le secret à l'aîné de l'Ordre. Et leurs cœurs furent profondément affligés, car l'élu fut pris dans la demeure céleste du Père. L'Esprit Éternel avait éclaté doucement l'argile, et aussi tranquille que sa vie, fut sa mort. Et il fut enterré par le médecin près de la Mer Morte, comme le dit la règle de notre Fraternité. Mais Nicodème fit silence sur la mort de son ami, à tous ceux qui n'appartenaient pas au plus haut degré.

Voici, mes chers Frères, vous avez le seul vrai récit de notre ami que Dieu avait appelé à enseigner la Sagesse et la Vertu au peuple par des paraboles et de nobles actions. Il y a maintenant beaucoup de temps depuis lors et les juifs ont mangé sept fois l'agneau de la Pâque, quand j'écris ceci pour votre information. Et ainsi vous pouvez juger de la vérité de la tradition telle qu'elle est racontée par le peuple. Car je sais que beaucoup de ses nouveaux disciples parlent de miracles, seulement comme ils ont souhaité eux-mêmes que ce soit. Et les penseurs ne les contredisent pas, car le peuple n'est pas encore assez sage pour recevoir la Vérité sans y ajouter, ce qui est surnaturel. Comme vous l'avez vous-même conçu, il y a beaucoup de rumeurs venues de Rome que je n'ai pas besoin de contredire, car vous savez vous-même ce qu'un Frère de notre Ordre a à faire et à ne pas faire. Mais non seulement les juifs racontent et croient des choses surhumaines qui le concernent, mais aussi les romains, car les païens croient en des dieux, et ceux-ci sont identifiés avec les miracles racontés par les juifs.

Et je vous donne l'autorité d'informer les anciens de notre Fraternité dans votre pays, de ce que je vous ai écrit, mais pas les novices ni ceux d'autres degrés. Car c'est la gloire, le Fils de Dieu, que nous adorons tous plus que les autres, qui a été enlevé au ciel. Et ce que Jésus a enseigné pendant qu'il vivait, nous devons le promouvoir avec bonne volonté. Car il a expliqué minutieusement la doctrine à tout le monde. Il a révélé le secret, recevez donc tout le monde qui est appelé en son nom, car ses disciples iront dans tous les pays et vous les connaîtrez par leur salut, qui est le même que celui de notre Ordre. Et vous devez les aider comme notre Fraternité à Jérusalem et tout le pays a servi le Fils du Père Céleste. C'est ce que j'ai à dire. Et comme il est écrit, ainsi il est passé. Car les anciens de notre Fraternité ont été témoins de ces choses elles-mêmes, et mes propres yeux l'ont vu, et mes oreilles l'ont entendu, et je suis un ami de Joseph qui siège dans le Grand Conseil.

Et envoyez aux Frères la salutation « Que la paix soit avec vous »

Une terre de séismes

La Judée se trouve sur la faille syro-africaine, qui passe au fond de la Mer Rouge puis remonte la vallée de la Mer Morte, traverse le lac Tibériade (anciennement Mer de Galilée), puis le Liban, et poursuit sa route vers le nord - Ligne de faille : tracé en rouge sud/nord

Le byssus, appelé aussi « soie de mer », était confectionné dans l'Antiquité à partir des fibres sécrétées par certains mollusques, telle la moule, pour se fixer au support rocheux.

Composition et vertus du « baume de Jésus » :

Les plaies de la crucifixion

Notes de lecture

On remarque dans ce récit la même lacune chronologique que dans les évangiles canoniques : entre 13 et 30 ans, juste après l'épisode où il est hors de la surveillance de ses parents puis retrouvé par les Frères esséniens à Jérusalem.      Lacune qui est comblée par l'apocryphe tibétain La vie de saint IssaIssa (عیسی) est le nom persan pour Jésus.

... Il était tout simplement parti ...

L'auteur de cette lettre se situe lui-même au 1er degré dans la hiérarchie de l'Ordre à l'époque de la fuite en Égypte de la famille de Joseph, Ordre qui en compte 4.

Il évoque à maintes reprises la participation des degrés inférieurs et des anciens de l'Ordre. Il n'est pas assujetti aux tâches de messager ou de protection, mais est suffisamment élevé dans la hiérarchie pour être dans le secret du sauvetage de Jésus, et pour être présent sur les lieux des scènes importantes, ou en être bien informé.

Il est certainement d'un degré moyen à l'époque de la crucifixion, d'autant qu'il est apparemment en charge d'informer une autre communauté d'esséniens à Alexandrie. Sa position intermédiaire ne lui permet pas d'être dans le secret des membres les plus élevés de l'Ordre, et par conséquent de ce qui s'est dit et a été décidé vis à vis de Jésus, entre Joseph d'Arimathie, Nicodème et les anciens de l'Ordre. Il doit se contenter de la version finale qu'ils lui servent ...

Le narrateur n’était apparemment pas ou plus, présent lors de la descente de la croix, car il ne fait pas mention de l’enveloppement de Jésus dans un linceul afin de le soustraire aux regards et le mener jusqu'au tombeau de Joseph d'Arimathie. Linceul sur lequel a coulé des plaies le sang qui témoignent de l’activité du cœur.

Le linceul de Turin

Dans son voyage vers l'Est post-crucifixion, Jésus est décrit dans la littérature persane portant un turban et des vêtements blancs, dans la littérature sanskrite des vêtements blancs. Il s'agit de la longue robe blanche des esséniens.

Les évangiles selon Marc et selon Matthieu, dits synoptiques, mettent en évidence que leurs rédacteurs, ou tout du moins les rédacteurs des versets du crucifiement dans ces évangiles, n’étaient pas présents sur les lieux, mais que l’on leur a conté.

Ce qui les démarque de l’évangile selon Jean qui seul révèle la soif de Jésus et l’acte de compassion du soldat romain, la demande des juifs à Pilate pour que l'on brise les jambes des suppliciés, et l’épisode de la lance pour s’assurer de la mort de Jésus.

Marc 15,36-37 ... Matthieu 27,47-48 ... Jean 19,28-29-30

Jean 19,31-34

Le rituel du pain et du vin

Les extraits suivants sont issus du manuscrit constitué de deux colonnes, appelé « Règle annexe », découvert dans une grotte à proximité du Kirbet Qumrân en façade de la Mer Morte. Il a été acquis par le Palestine Archeological Museum.

« Quand [Adonaï] aura engendré le Messie parmi eux ...

Et [quand] ils se réunir[ont] pour la tab[le] de la Communauté [ou bien pour boire le v[in], et qu’ils disposeront la table de la Communauté [et mêleront le] vin pour boire, que personne [n’étende] sa main sur les prémices du pain et [du vin] avant le Prêtre ; car [c’est lui qui] bénira les prémices du pain et du v[in et étendra] sa main sur le pain en premier. Et ensui[te] le Messie d’Israël [éte]ndra ses mains sur le pain. [Et ensuite] toute la Congrégation de la Communauté [bén]ira, ch[acun selon] sa dignité.

Et c’est selon ce rite qu’ils procéder[ont] en tout rep[as quand ils seront ré]unis au moins à dix personnes. »

Règle annexe, II, 11-12 et 17-22

Flavius Josèphe - Guerre des juifs II, VIII, §119 à 161

(20 années après la première révolte)

« Il existe, en effet, chez les juifs trois écoles philosophiques : les adeptes de la première sont les pharisiens ; ceux de la seconde, les sadducéens ; ceux de la troisième, lesquels estiment précisément pratiquer une vie vénérable, portent le nom d’esséniens : ils sont juifs par la race, mais, de plus, unis entre eux par une affection mutuelle plus que les autres. » §119

« Les esséniens répudient les plaisirs comme un mal, et ils tiennent pour une vertu la continence et la résistance aux passions. Ils dédaignent, pour eux-mêmes, le mariage ; mais ils adoptent les enfants des autres à un âge encore assez tendre pour recevoir leurs enseignements : ils les considèrent comme leur parenté et les conforment à leurs propres mœurs. » §120

« Ce n’est pas qu’ils abolissent le mariage ni la propagation de l’espèce qui en est la conséquence, mais ils sont en garde contre le dévergondage des femmes et convaincus qu’aucune d’elles ne conserve sa foi à un seul homme. » §121

« Ils sont les contempteurs de la richesse, et leur vie communautaire est admirable : on chercherait en vain, parmi eux, quelqu’un qui surpassât les autres par la fortune. en effet, c’est une loi que ceux qui entrent dans la secte fassent abandon de leurs biens à l’ordre, de telle sorte qu’on ne voit nulle part, parmi eux, ni l’humiliation de la pauvreté, ni l’orgueil de la richesse, mais que, les possessions de chacun étant mêlées, il n’existe pour tous qu’un avoir unique, comme pour des frères. » §122

« Ils regardent l’huile comme une souillure, et, si quelqu’un a été oint malgré lui, il s’essuie le corps ; ils se font un devoir, en effet, d’avoir la peau sèche et d'être toujours vêtus de blanc. Les administrateurs des fonds communs sont élus, et, indistinctement, chacun est désigné au nom de tous pour les diverses fonctions. » §123

« Ils n’ont pas une ville unique, mais, en chaque ville, ils forment à plusieurs une colonie. en outre, aux membres de la secte qui arrivent d’ailleurs, tout ce qu’ils ont chez eux leur est ouvert, de même que si c’était eux, et ils entrent chez des gens qu’ils n’avaient jamais vus avant comme chez des amis intimes. » §124

« C’est pourquoi aussi ils font leurs voyages sans rien emporter du tout ; toutefois, ils sont armés à cause des brigands. En chaque ville, un questeur de l’ordre, spécialement chargé des hôtes, est désigné en tant qu’intendant des vêtements et du nécessaire. » §125

« Leur habillement et leur tenue extérieure ressemblent à ceux des enfants qu’un pédagogue élève dans la crainte ; ils ne changent de vêtements ou de chaussures quand ceux-ci sont complètement déchirés ou usés par le temps. » §126

« Entre eux ils ne s’achètent ni ne se vendent rien : chacun donne ce dont il dispose à qui en a besoin, et reçoit de celui-ci, en retour, ce dont il a lui-même besoin ; et même, sans rien donner en échange, ils peuvent librement recevoir de qui il leur plait. » §127

« Leur piété envers la divinité revêt une forme particulière : avant le lever du soleil ils ne prononce aucune parole profane, mais ils récitent certaines prières ancestrales à l’adresse du soleil comme s’ils le suppliaient de se lever. » §128

« Après ces prières, les administrateurs les congédient pour qu’ils vaquent chacun au métier qu’il connait. Puis, après avoir travaillé d’un seul tenant jusqu’à la cinquième heure, ils se réunissent à nouveau dans un même lieu, et, s’étant ceints de pagne de lin, ils se baignent ainsi le corps dans l’eau froide. Puis, après cette purification, ils se rassemblent dans un bâtiment spécial où il n’est permis à nul de ceux qui n’ont pas la même foi d’accéder ; eux-mêmes n’entrent dans le réfectoire que purs, comme dans une enceinte sacrée. » §129

[5ème heure ≈ 11 heure du matin]

«  Quand ils se sont assis tranquillement, le boulanger sert les pains dans l’ordre, et le cuisinier sert à chacun une seule écuelle, avec un seul mets. » §130

« Le prêtre prélude au repas par une prière, et il n’est permis à personne de goûter à la nourriture avant le prière ; et, après qu’ils ont pris le repas, ils prononcent une nouvelle prière : au commencement et à la fin ils bénissent Dieu en tant que dispensateur de la vie. Ensuite, ils déposent les vêtements qu’ils ont mis pour le repas, vu que ce sont des vêtements sacrés, et ils s’adonnent à nouveau au travail jusqu’au soir. » §131

« Alors, ils reviennent et prennent leur dîner de la même manière, et les hôtes s’assoient à leur table s’il s’en trouve de passage chez eux. Aucun cri ni aucun tumulte ne souille jamais la maison ; ils se donnent la parole les uns aux autres dans l’ordre. » §132

« A ceux du dehors, ce silence de ceux du dedans apparaît comme un mystère redoutable. La cause de ce silence, c’est leur sobriété perpétuelle et le fait que nourriture et boisson leur sont mesurées de manière qu’ils soient rassasiés, sans plus. » §133

« Dans l’ensemble, donc, il n’y a rien qu’ils accomplissent sans l’ordre des administrateurs ; mais les deux choses que voici ne relèvent que d’eux-mêmes : l’assistance et la pitié. Il leur est permis, en effet, et cela de leur propre chef, de secourir ceux qui en sont dignes, chaque fois que ceux-ci le demandent, et de tendre de la nourriture aux indigents. Mais ils n’ont pas le droit de fournir des subventions aux membres de leur famille sans l’autorisation des procureurs. » §134

« Ils sont de justes arbitres de la colère, des hommes qui maîtrisent leur emportement, des parangons de la loyauté, des artisans de paix. Toute parole qu’ils prononcent est plus forte qu’un serment, et ils s’abstiennent de jurer, considérant cela comme pire que le parjure ; car, disent-ils, celui qu’on ne peut croire sans qu’il prenne Dieu à témoin se condamne par là même. » §135

« Ils s’appliquent avec un zèle extraordinaire à l’étude des ouvrages des anciens, choisissant surtout ceux qui ont en vue l’utilité de l’âme et du corps. C’est là qu’ils étudient, pour guérir les maladies, les racines qui défendent contre elles et les propriétés des pierres. » §136

« Ceux qui désirent entrer dans la secte n’en obtiennent pas aussitôt l’accès. Le postulant attend au-dehors durant un an ; on lui propose le même de genre de vie, et on lui remet une hachette et le pagne dont j’ai parlé et un vêtement blanc. » §137

« Puis, quand, durant ce temps, il a donné la preuve de sa continence, il s’approche plus près du genre de vie et il participe au bains de purification d’un degré supérieur, mais il n’est pas encore admis dans l’intimité ; en effet, après qu’il a montré sa constance, on examine son caractère durant deux autres années, et s’il parait digne, alors il est définitivement reçu dans la compagnie. » §138

« Mais avant de toucher à la nourriture commune, il prononce devant ses frères des serments redoutables. Il jure d’abord de pratiquer la piété envers la divinité ; ensuite, d’observer la justice à l’égard des hommes et de ne faire tort à personne, ni spontanément ni par ordre ; de haïr toujours les injustes et de combattre en commun avec les justes. » §139

« Il jure de se montrer toujours loyal envers tous. mais, surtout, envers ceux qui détiennent le pouvoir ; car jamais l’autorité n’échoit à un homme sans la volonté de Dieu. Il jure, s’il lui arrive de commander lui-même, de ne jamais se montrer insolent dans l’exercice de sa charge ni d’éclipser ses subordonnés par le vêtement ou en se parant d’avantage. » §140

« Il jure d’aimer toujours la vérité et de poursuivre les menteurs ; de garder ses mains pures de vol et son âme pure de gain inique. Il jure encore de ne rien cacher aux membres de la secte, comme de ne rien révéler à d’autres qu’eux, même si l’on usait de violence envers lui jusqu’à la mort. » §141

« En outre, il jure de ne communiquer à personne aucune des doctrines autrement que telles qu’il les a reçues lui-même, en s’abstenant de toute < altération >, et de conserver de la même manière les livres de leur secte, ainsi que les noms des anges. Tels sont les serments par lesquels ils s’assurent la fidélité de ceux qui entrent dans la secte. » §142

« Ceux qui sont pris sur le fait en des fautes graves, ils les chassent de l’ordre. l’individu ainsi exclu périt souvent en proie au plus misérable destin ; car, enchainé par ses serments et ses usages, il ne peut même pas prendre part à la nourriture des autres : réduit à manger de l’herbe, il périt le corps desséché par la faim. » §143

« Aussi en ont-ils repris beaucoup par pitié à leur dernier soupir, estimant suffisante pour l’expiation de leurs fautes cette torture allant jusqu’à la mort. » §144

« En matière de jugement, ils sont très précis, et impartiaux. Ils rendent la justice au cours de réunion où ils ne sont pas moins de cent, et ce qu’ils ont décidé est irrévocable. Le nom du Législateur est chez eux, après Dieu, un grand objet de vénération ; et si quelqu’un vient à blasphémer le Législateur il est mit à mort. » §145

« Ils se font un devoir d’obéir aux plus anciens, ainsi qu’à la majorité ; quand, par exemple, dix siègent ensemble, personne ne prend la parole si les neuf autres s’y opposent. » §146

« En outre, ils se gardent de cracher au milieu de la compagnie ou à droite : ils s’interdisent aussi, le plus rigoureusement parmi les juifs, de vaquer à leur travaux le septième jour : non seulement ils préparent leur nourriture la veille, de façon à ne pas allumer de feu ce jour-là, mais encore ils n’osent pas déplacer un objet ni aller à la selle. » §147

« Les autres jours, ils creusent un trou de la profondeur d’un pied avec leur hoyau, car telle est la hachette qu’ils remettent aux nouveaux adeptes. C’est là qu’ils s’accroupissent, enveloppés de leur manteau, de façon à ne pas offenser les rayons de Dieu ; » §148

« : ensuite, ils poussent dans le trou la terre qu’ils avaient enlevée en creusant. Pour cette opération ils choisissent les endroits les plus solitaires. Si naturelle que soit l’évacuation des ordures, ils ont coutume de se laver après comme s’ils étaient souillés. » §149

« Ils sont divisés en quatre lots suivant l’ancienneté de leurs pratiques ; et ceux qui sont plus jeunes sont tellement inférieurs à ceux qui sont plus âgés que ceux-ci, s’ils viennent à les toucher, se lavent comme s’ils avaient été en contact avec un étranger. » §150

[§151 & §152 longévité et héroïsme devant la mort]

« Souriant au milieu des douleurs et raillant ceux qui leur infligeaient les tortures, ils rendaient leur âme de bon cœur, convaincus qu’ils la recouvreraient à nouveau. » §153

« En effet, c’est une doctrine bien affermie chez eux que, si les corps sont corruptibles et leur matière instable, les âmes sont immortelles et demeurent toujours ; que, venues de l’éther le plus subtil elles se trouvent enlacées aux corps qui leur servent de prisons, attirées qu’elles sont vers le bas par quelque sortilège physique ; » §154

« mais que, quand elles sont libérées des liens de la chair, affranchies pour ainsi dire d’un long esclavage, elles sont alors dans la joie et s’élèvent vers le monde céleste. D’accord avec les fils des grecs, ils déclarent qu’aux âmes bonnes est réservée le séjour situé au delà de l’Océan, un lieu que n’accablent ni les pluies ni les chaleurs torrides, mais que rafraîchit sans cesse le doux zéphir qui souffle de l’Océan ; tandis que les âmes mauvaises, ils les relèguent dans une cavité ténébreuse et agitée par les tempêtes, pleine de châtiments incessants. » §155

« C’est dans la même pensée, me semble-t-il, que les grecs ont affecté leurs braves, qu’ils appellent Héros et Demi-dieux, les Îles des Bienheureux, et aux âmes des méchants le lieu des impies dans l’Hadès où, selon leur mythologie encore, certains personnages subissent leur supplice : les Sisyphe et les Tantale, les Ixion et les Tityos. Une telle croyance, en premier lieu, suppose que les âmes sont éternelles ; ensuite, elle sert a encourager à la vertu et à détourner du vice ; » §156

« en effet, les bons deviendront meilleurs durant leu vie s’ils ont l’espoir qu’ils seront récompensés même après leur fin, tandis que les méchants réfréneront leurs instincts par crainte, s’ils s’attendent, même au cas où ils échapperaient de leur vivant, à subir un châtiment éternel après leur dissolution. » §157

« Tels sont donc les enseignements religieux des esséniens au sujet de l’âme : c’est un appât qu’ils tendent et auquel ne résistent pas ceux qui ont une fois goûté à leur sagesse. » §158

« Il y en a même parmi eux qui se font fort de prévoir l’avenir, exercés qu’ils sont à l’étude des livres saints et des écrits sacrés et des sentences des prophètes ; et ils est rare qu’il leur arrive de se tromper dans leurs prédictions. » §159

« Il existe encore un autre ordre d’esséniens, qui sont d’accord avec les autres pour le genre de vie et les us et coutumes, mais qui s’en séparent sur la question du mariage. Ils pensent, en effet, que les gens non mariés retranchent une part importante de la vie, à savoir la propagation de l’espèce, d’autant plus que, si tous adoptaient la même opinion, le genre humain disparaîtrait très vite. » §160

« Toutefois, ils examinent leurs femmes durant trois [mois] : quand elles se sont purifiées trois fois, fournissant ainsi la preuve qu’elles peuvent enfanter, alors ils les épousent. Et quand elles sont enceintes, ils n’ont pas commerce avec elles, montrant ainsi qu’ils se marient non pas pour le plaisir, mais parce qu’il faut des enfants. Les femmes prennent des bains en s’enveloppant de linge, de même que les hommes mettent un pagne. Tels sont les usages de cet ordre. » §161